Faits divers – Justice

Il aurait fabriqué plus de 6.000 faux documents, un faussaire interpellé à Montpellier

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault et France Bleu jeudi 21 septembre 2017 à 11:55

L'enquête a été menée par la Police Aux Frontières (illustration)
L'enquête a été menée par la Police Aux Frontières (illustration) © Maxppp -

Un faussaire et son assistante ont été interpellés mardi à Montpellier, ils sont soupçonnés d'avoir fabriqué plus de 6.000 faux documents administratifs en 7 ans. Une des plus grosses affaires du genre en France.

C'est une des plus grosses affaire du genre en France, un professionnel du faux papier a été interpellé mardi à Montpellier. Un faussaire de 35 ans qui travaillait chez lui dans son appartement pour fournir de faux documents dans la France entière

La Police aux Frontières a déjà répertorié 6.000 dossiers chez lui. Il avait tellement de travail qu'il avait embauché une assistante de 31 ans, elle aussi a été interpellée.

Au départ c'est un propriétaire qui a eu un doute, son locataire lui fournit des bulletins de salaires douteux. Il prévient la police. Les enquêteurs remonte jusqu'au faussaire et découvre alors un vrai professionnel du faux documents.

Il fabriquait toute sorte de faux documents à la chaîne

Avec un simple ordinateur et une imprimante laser ultra perfectionnée, il fabrique à la chaîne des attestations d'employeurs, des déclarations d'impôts, des factures EDF, des ordonnances, des certificats d'aptitude, des arrêts de travail, et même des diplômes du bac. Cet ancien comptable très organisé archivait tout chez lui, les enquêteurs ont ainsi retrouvé 6 000 dossiers différents.

5 000 euros par mois et une assistante pour l'aider

Le faussaire reconnait les faits, il s'en amuse même en ironisant sur son talent. Un travail qu'il faisait depuis plus de 7 ans et qui selon lui, lui rapportait environ 5 000 euros par mois. le bouche à oreille fonctionnait bien, ses clients venaient de toute la France et il avait tellement de travail qu'il avait embauché une assistante qu'il payait 2 000 euros par mois."Un des faussaires les plus productifs de ces dernières années en France" explique le procureur de la République Christophe Barret.

Les bénéficiaires des faux seront aussi poursuivis

Le faussaire et son assistante ont été mis en examen pour fourniture de faux documents administratifs, falsification de documents et association de malfaiteurs. Ils encourent jusqu'à 7 ans de prison. La police aux frontières cherche maintenant à retrouver les personnes qui ont bénéficié de ces faux documents qui seront elles aussi poursuivies, elles encourent jusqu'à 3 ans de prison pour usage de faux.