Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il avait aidé sa famille syrienne à fuir Daesh, un Albigeois finalement acquitté

vendredi 1 mars 2019 à 16:27 Par Julien Balidas, France Bleu Occitanie et France Bleu

Stéphan Pélissier avait été condamné à sept ans de prison ferme par la justice grecque en première instance pour avoir aidé sa famille syrienne à fuir Daesh en 2015. Il a été acquitté ce vendredi 1er mars lors d'un procès en appel.

Condamné à sept ans de prison ferme en Grèce, Stephan Pelissier a finalement été acquitté après un second procès.
Condamné à sept ans de prison ferme en Grèce, Stephan Pelissier a finalement été acquitté après un second procès. © Maxppp - PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXP

Albi, France

A l'été 2015, Stéphan Pélissier a aidé sa belle-famille d'origine syrienne à fuir le groupe Etat Islamique. Après près de trois ans d'emballement judiciaire, cet Albigeois a été acquitté vendredi. 

"La fin d'un cauchemar"

"On est vraiment soulagés. C'est la fin d'un cauchemar judiciaire. Cela fait deux ans qu'on vit avec cette condamnation au-dessus de notre tête. C'est toute la famille qui va recommencer à vivre, retrouver une vie sereine. Il y avait quand même une certaine fébrilité à la veille du procès. Mais on avait quand même le sentiment d'être mieux préparé. On avait la présence d'un représentant du Consulat français. On a fait une vidéo aussi avec mon beau-père pour les juges. Pour se présenter, s'excuser de notre absence. On ne pensait pas aller en prison. Quand on voit la décision en première instance de sept ans ferme pour ce que j'ai fait, et quand je vois la semaine dernière, un homme qui prend cinq ans de prison avec sursis pour un viol sur une fillette de quatre ans, on se dit que le monde marche un peu à l'envers quand même" explique Stéphan Pélissier. 

Stephan Pélissier : "C'était la mort assurée" 

Août 2015, au plus fort de la crise des réfugiés, Stephan Pélissier se rend en Grèce : "Mon beau-père sort d'un enlèvement et s'est fait torturer. Il décide de quitter la Syrie. Ils arrivent en Turquie et montent dans un bateau pneumatique avec 65 personnes dessus. Mon beau-père a payé 1.000 euros par personne pour embarquer. Il y a deux heures de bateau pour rejoindre la Grèce. Au milieu de la traversée, la coque se brise, ils seront repêchés. Mon beau-père, le lendemain, nous dit qu'il va prendre un nouveau bateau pour faire Grèce-Italie. Là c'est l'élément déclencheur. On parle là de deux ou trois jours de traversée. Pour moi, c'était la mort assurée. Il fallait les empêcher de prendre un nouveau bateau, qu'ils se noient ou qu'ils prennent la route des Balkans avec les mafias." 

Un livre comme une "histoire d'amour"

Stephan Pélissier raconte son histoire dans un livre paru jeudi 28 février "Je voulais juste sauver ma famille." "On veut raconter tout l'enfer judiciaire depuis trois ans. Le livre a un côté très libérateur pour nous. On avait beaucoup de souffrance et d'émotion qu'il fallait sortir de nous. Pourquoi en France ce n'est pas un délit et en Grèce ça vaut sept ans ferme ? On parle de l'harmonisation des législations en Europe. On voulait sortir du fait divers pour raconter un témoignage de société. C'est une histoire d'amour finalement. Que notre histoire soit entendue. On a tous dans notre entourage un grand-père espagnol, portugais, maghrébin... C'est l'histoire de la France. On espère que notre histoire servira à d'autres."