Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pédophile dans l'Église : il avait demandé la démission du cardinal Barbarin, le père Vignon remercié

jeudi 1 novembre 2018 à 15:38 - Mis à jour le jeudi 1 novembre 2018 à 17:53 Par Alexandre Berthaud et Adèle Bossard, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Pierre Vignon, prêtre de Valence (Drôme), a été remercié jeudi 1er novembre de ses fonctions de juge au tribunal ecclésiastique de Lyon, entité sous la responsabilité du cardinal Barbarin. En août, il avait appelé dans une lettre ouverte à la démission du cardinal.

Le père Vignon, dans les studios de France Bleu Drôme Ardèche après sa lettre ouverte demandant la démission du cardinal Barbarin.
Le père Vignon, dans les studios de France Bleu Drôme Ardèche après sa lettre ouverte demandant la démission du cardinal Barbarin. © Radio France - Florence Beaudet

26000 Valence, France

Le prêtre lanceur d'alerte, Pierre Vignon, a été sanctionné par l'église selon les informations recueillies par franceinfo confirmant une information du journal Libération. Ce prêtre de Valence (Drôme) avait publiquement appelé à la démission du cardinal Barbarin, poursuivi pour non-dénonciation d'agressions sexuelles.                      

Puni après sa lettre ouverte ?

Deux mois après la lettre, Pierre Vignon a donc été remercié de ses fonctions au tribunal ecclésiastique de Lyon. Le cardinal est visé dans l'affaire du prêtre de Roanne Bernard Preynat, accusé d'abus par des enfants scouts dans les années 70 et 80. Des faits dont Philippe Barbarin aurait été informé, sans pour autant en faire part à la justice ni écarter le prêtre.

La décision a été prise par les 12 évêques d'Auvergne Rhône-Alpes, dont Philippe Barbarin est le responsable : "Ils n'ont pas voulu déplaire au cardinal dont j'avais éraflé l'ego cet été. Autrement je n'ai reçu aucun détail, je regrette cette décision mais je l'accepte. Je ne regrette rien de ce que j'ai dit cet été", a réagi Pierre Vignon.

"Quelqu'un qui ose parler, on fait tout pour l'empêcher"

Le prêtre valentinois exerçait depuis 25 ans au tribunal ecclésiastique de Lyon, et depuis les années 2000 en tant que juge. Il a été notifié de la décision par email jeudi 1er novembre. "Je les avais pourtant prévenu que ça leur ferait plus de tort qu'à moi, parce que ça voudrait dire que quelqu'un qui veut parler on l'en empêche".

Pour Pierre Vignon, le cardinal Barbarin est responsable directement du fait qu'il soit remercié. "Je n'en ai pas la preuve, mais c'est lui qui est responsable de l'officialité au nom des douze autres évêques", explique-t-il. "Ce n'est pas du tout un signe positif cette décision, surtout pour les victimes juste avant une assemblée qui est censée prendre des mesures énergiques pour sortir de la crise des victimes de la pédophilie".

Une lettre ouverte pour dénoncer la situation du cardinal Barbarin

La lettre avait été publiée sous forme de pétition sur le site change.org par des associations de victimes de pédophilie dans l'église. Il demandait au cardinal de "laisser la place à quelqu'un d'autre", d'être "à la hauteur de l'événement" après l'appel du pape François à se mobiliser contre la pédophilie.

Pierre Vignon reste prêtre dans la Drôme, "pour toujours, personne ne peut me l'enlever", plaisante-t-il. Le procès du cardinal Barbarin et de six autres prévenus pour "non dénonciation d'abus sexuels" aura lieu le 7 janvier à Lyon devant le tribunal correctionnel.