Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il avait jeté un chiot du deuxième étage : un Briviste de 23 ans condamné à 8 mois de prison ferme

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Un jeune homme de 23 ans a été condamné ce mardi par le tribunal correctionnel de Brive à 8 mois de prison ferme. En octobre 2018 il avait jeté par la fenêtre du deuxième étage le jeune chiot de sa compagne avec qui il venait d'avoir une dispute sur fond d'alcool.

Photo illustration. Malgré l'intervention d'un vétérinaire le jeune chien était mort après une agonie de 45 minutes
Photo illustration. Malgré l'intervention d'un vétérinaire le jeune chien était mort après une agonie de 45 minutes © Maxppp - Eric Malot

Brive-la-Gaillarde, France

"Il lui a crié par la fenêtre : t'as oublié ton truc et il lui a jeté le chiot" rappelle Florian Chavignaud, président fondateur de l'association Pet Rescue basée à Aubusson. Le pauvre animal, un jeune chien de trois mois de race croisée bull terrier, s'était écrasé contre une poubelle municipale. Il était mort au bout de 45 minutes malgré les soins prodigués par le vétérinaire chez lequel il avait été conduit. Mais les défenseurs des animaux n'en sauront pas vraiment plus. La SPA de Brive, à l'origine de la plainte, (la propriétaire du chien n'avait pas elle porté plainte), la fondation Brigitte Bardot et Pet Rescue attendaient des réponses. Mais l'homme n'en a donné aucune.

Un manque d'explication blessant

"Il y a eu ce procès mais on est dans le flou total" souligne Florian Chavignaud. L'accusé n'a fourni aucune explication. Lorsque le juge lui a demandé s'il aimait les animaux, il a répondu : "je ne déteste pas les animaux". Une réponse "vague" selon le mot de la procureure. Et une attitude "blessante" pour les associations dit Florian Chavignaud, qui indique que le jeune a tout juste exprimé quelques remords. Sans avoir vraiment pris conscience de la cruauté de son acte. En plus de sa condamnation à 8 mois de prison celui-ci devra verser 3500 euros de dommages et intérêts aux associations. Et il n'a plus le droit de détenir un animal.

Choix de la station

France Bleu