Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il certifie que sa voiture a démarré toute seule et poursuit Renault en justice

jeudi 12 avril 2018 à 21:44 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le tribunal de grande instance de Nanterre a examiné jeudi la demande d'un homme qui accuse Renault de lui avoir vendu une voiture avec un "vice caché". Il affirme que son véhicule a redémarré tout seul.

Renault Espace V au mondial de l'automobile 2014 à Paris
Renault Espace V au mondial de l'automobile 2014 à Paris © Maxppp - Jean-François OTTONELLO

Les faits relatés par François Jarrige remontent au 13 juillet 2015. L'homme descend de la Renault Espace V qu'il vient de garer à La Plagne (Savoie). Soudain affirme-t-il, le véhicule "redémarre" tout seul, dévale une pente, traverse un autre parking en contrebas avant de s'immobiliser sur un talus. Encore à l'intérieur, sa fillette de 8 ans n'est pas blessée mais choquée.

Convaincu que le constructeur lui a vendu une voiture avec un "vice caché", il porte plainte. Le tribunal de grande instance de Nanterre a examiné jeudi sa requête. 

Aucun dysfonctionnement pour Renault

D'après son avocat, cet automobiliste "était descendu avec la carte-clé" de sa voiture, une automatique.  Il estime que "deux vices se sont cumulés : le lâchage du frein automatique (à main) et un enclenchement du moteur."

Une version contestée par Renault qui a diligenté une expertise. Pour l'avocat du constructeur, l'homme "n'avait pas stoppé son véhicule" en appuyant sur le bouton arrêt "quand il en est sorti".

La décision a été mise en délibéré au 21 juin.