Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Il déclenche une alerte à la bombe à l'aéroport de Bordeaux pour retarder l'avion de sa compagne

- Mis à jour le -
Par France Bleu Gironde

Un girondin de 33 ans devra comparaître devant la justice : pour tenter de retarder le vol que devait prendre son amie, il a déclenché une fausse alerte à la bombe à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac

L'aéroport de Bordeaux-Mérignac
L'aéroport de Bordeaux-Mérignac - ADBM-APPA

Un habitant de Créon, âgé de 33 ans, a eu une idée qui risque de lui coûter cher. Jeudi matin, il a appelé l'aéroport de Bordeaux-Mérignac en répétant à deux reprises : "il y a une bombe" avant de raccrocher.

Les responsables ont pris cette alerte très au sérieux. Comme l'a indiqué Sud Ouest Dimanche qui a révélé cette histoire, les patrouilles mobilisées dans le cadre du plan Vigipirate ont aussitôt délimité un périmètre de sécurité, et les lieux ont été fouillés minutieusement, avec l'appui notamment d'un chien spécialisé dans la recherche d'explosifs. Les recherches ont duré près d'une heure et n'ont rien donné. Elles n'ont pas entraîné de perturbations du trafic aérien.

Convoqué le 25 juin

L'enquête déclenchée après cette fausse alerte a permis de remonter jusqu'à l'auteur du coup de téléphone, qui a été interpellé et placé en garde à vue. Lors de son audition, il a expliqué qu'il avait voulu retarder l'avion que devait prendre sa compagne, bloquée dans les bouchons de la Rocade bordelaise. Il a aussi ajouté qu'il ne s'attendait pas à une telle débauche de moyens.

Présenté au Parquet, le mauvais plaisantin a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. Le 25 juin, il sera convoqué au tribunal. Il risque deux ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess