Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un "cheminement possible" de Michel Fourniret dans l'Orne en 1993, année de la disparition de Lydie Logé

Michel Fourniret a été interrogé pendant 48 heures sur la disparition de Lydie Logé, une Ornaise de 29 ans en 1993 près d'Argentan. "Des éléments laissent penser à un cheminement dans l'Orne" indique la procureur de Caen qui devrait ouvrir une information judiciaire.

Michel Fourniret a passé deux jours en garde à vue à Nanterre à l'office central pour la répression des violences aux personnes.
Michel Fourniret a passé deux jours en garde à vue à Nanterre à l'office central pour la répression des violences aux personnes. © Maxppp - Mikael Libert

Caen, France

Les gardes à vue de Michel Fourniret et Monique Olivier ont été levées jeudi après-midi. Le tueur en série et son ex-femme ont été interrogés pendant 48 heures à Nanterre à l'Office central pour la répression des violences aux personnes. Ils sont soupçonnés d'être impliqués dans la disparition de Lydie Logé, 29 ans disparue mystérieusement le 18 décembre 1993 à Saint-Christophe-le-Jajolet dans l'Orne. 

"Pas de reconnaissance franche des faits", mais "un cheminement possible dans l'Orne"

Lors de la garde à vue, "il n'y a pas eu de reconnaissance franche des faits" indique Carole Etienne, procureur de Caen, désormais en charge de l'enquête, son collègue d'Argentan s'étant dessaisi au profit du pôle criminel de Caen. "Michel Fourniret a apporté des réponses plus ou moins floues qui appellent des vérifications et des investigations". Mais elle ajoute que "des éléments peuvent laisser penser à un cheminement dans l'Orne". Il convient maintenant de tout vérifier. C'est ce que permettra de faire l'information judiciaire qui devrait être ouverte ce vendredi matin. 

Quant à Monique Olivier, l'ex-épouse du tueur en série, "son rôle n'a pas pu être établi à ce stade des investigations, ce qui n'empêche pas que des recherches vont se poursuivre". Michel Fourniret devrait lui être déféré au parquet de Caen, "pas dans l'immédiat mais avant la fin de l'année" précise la magistrate. Les deux ont réintégré leurs cellules à Fleury-Mérogis.  

Une trace ADN retrouvée dans la camionnette du tueur en série

Lydie Logé a mystérieusement disparu le 18 décembre 1993 à Saint-Christophe-le-Jajolet près d'Argentan dans l'Orne. L'enquête sur sa disparition a été rouverte en 2018 grâce à un "élément pileux" retrouvé dans la camionnette de Michel Fourniret. Des analyses ont permis un rapprochement avec l'ADN d'une ascendante de Lydie Logé. Mais "il faut rester prudent" tempère Carole Etienne, car il s'agit d'un ADN mitochondrial et non d'un ADN nucléaire qui fournit des résultats sûrs à 100 %. "C'est un indice, un indice important, mais ce n'est pas un élément concluant et il appelle des vérifications et des investigations."

Âgé de 77 ans, Michel Fourniret, surnommé l'ogre des Ardennes, a été condamné en 2008 à la perpétuité incompressible pour sept meurtres de jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001, précédés de viol ou tentative de viol. Le 16 novembre 2018, il a été à nouveau condamné à la perpétuité pour l'assassinat en 1998 de Farida Hammiche. Monique Olivier a, elle, été condamnée à la perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 28 ans pour complicité dans quatre des meurtres et le viol en réunion d'une jeune fille. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu