Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il était très apeuré", l'avocat du bénévole libéré après l'incendie de la cathédrale de Nantes témoigne

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

L'enquête avance après l'incendie de la cathédrale de Nantes. Après 24 heures dans les locaux du commissariat, le bénévole chargé de la fermeture de l'édifice vendredi soir est sorti de garde à vue. France Bleu Loire Océan a pu recueillir en exclusivité le témoignage de son avocat.

Le bénévole du diocèse a été entendu pendant de longues heures au commissariat central Waldeck-Rousseau à Nantes
Le bénévole du diocèse a été entendu pendant de longues heures au commissariat central Waldeck-Rousseau à Nantes © Radio France - Julie Munch

C'est les traits tirés que maître Quentin Chabert est sorti du commissariat au beau milieu de la nuit, vers 23h30. Les heures d'interrogatoires ont été longues et éprouvantes pour lui comme pour son client. "Il est extrêmement fatigué, il était très apeuré. En terme de procédure, il y a pu avoir des interrogations qui ont pu l'inquiéter", explique l'avocat. 

Pendant de longues heures, le bénévole, un rwandais de 39 ans a dû expliquer tous ses faits et gestes aux enquêteurs. Il était chargé de fermer la cathédrale de Nantes vendredi soir. Les enquêteurs avaient décelé des incohérences dans son emploi du temps. "Vous avez constaté que l'audition a duré très longtemps, nous sommes entrés dans les détails, mais dans l'état actuel de la procédure il n'y a pas suffisamment d'éléments pour pouvoir le garder plus longtemps", affirme maître Quentin Chabert.  Il précise toutefois qu'il est envisageable que son client soit réinterrogé pour les besoins de l'enquête. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess