Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il faut tirer !" : des policiers de Toulouse commentent une vidéo de la manifestation des gilets jaunes

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

La police de Toulouse a annoncé ce vendredi l'ouverture d'une enquête administrative. Cette décision a été prise à la suite de la diffusion d'une vidéo dans laquelle des policiers regardent la manifestation des gilets jaunes du 12 janvier et disent "il faut aligner deux-trois bastos".

Manifestation des gilets jaunes à Toulouse (photo d'illustration)
Manifestation des gilets jaunes à Toulouse (photo d'illustration) © Radio France - Théo Caubel

Alors que les gilets jaunes ont prévu de manifester pour le 12e week-end d'affilée, une vidéo embarrassante vient d'être publiée sur internet. On y voit des policiers toulousains qui regardent la manifestation du 12 janvier 2019 et qui commentent : "Mais putain il faut tirer quoi !" et "Il faut aligner deux-trois bastos". Les policiers suivaient une vidéo où des gilets jaunes chargent des CRS. Selon la préfecture de Haute-Garonne : "Cette scène d'une rare violence a provoqué l'émoi des personnes visionnant en direct ces images, se traduisant par des commentaires spontanés".

La Direction Départementale de la Sécurité Publique de la Haute-Garonne a donc ouvert une enquête administrative pour violation du secret professionnel et recel. C'est le syndicat de police Vigi qui a relayé la vidéo sur les réseaux sociaux pour appeler à la vigilance comme l'explique Noam Nouar délégué syndical : "C'est un électrochoc. Vous imaginez bien qu'un policier jeune et inexpérimenté pourrait être vulnérable à ces propos et les prendre au premier degré. On a pris la responsabilité de diffuser ce message pour alerter."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess