Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Il faut tirer !" : des policiers de Toulouse commentent une vidéo de la manifestation des gilets jaunes

vendredi 1 février 2019 à 16:53 Par Marion Aquilina, France Bleu Occitanie et France Bleu

La police de Toulouse a annoncé ce vendredi l'ouverture d'une enquête administrative. Cette décision a été prise à la suite de la diffusion d'une vidéo dans laquelle des policiers regardent la manifestation des gilets jaunes du 12 janvier et disent "il faut aligner deux-trois bastos".

Manifestation des gilets jaunes à Toulouse (photo d'illustration)
Manifestation des gilets jaunes à Toulouse (photo d'illustration) © Radio France - Théo Caubel

Toulouse, France

Alors que les gilets jaunes ont prévu de manifester pour le 12e week-end d'affilée, une vidéo embarrassante vient d'être publiée sur internet. On y voit des policiers toulousains qui regardent la manifestation du 12 janvier 2019 et qui commentent : "Mais putain il faut tirer quoi !" et "Il faut aligner deux-trois bastos". Les policiers suivaient une vidéo où des gilets jaunes chargent des CRS. Selon la préfecture de Haute-Garonne : "Cette scène d'une rare violence a provoqué l'émoi des personnes visionnant en direct ces images, se traduisant par des commentaires spontanés".

La Direction Départementale de la Sécurité Publique de la Haute-Garonne a donc ouvert une enquête administrative pour violation du secret professionnel et recel. C'est le syndicat de police Vigi qui a relayé la vidéo sur les réseaux sociaux pour appeler à la vigilance comme l'explique Noam Nouar délégué syndical : "C'est un électrochoc. Vous imaginez bien qu'un policier jeune et inexpérimenté pourrait être vulnérable à ces propos et les prendre au premier degré. On a pris la responsabilité de diffuser ce message pour alerter."