Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Il fonce sur l'A7 avec un camion volé pour conduire sa compagne, enceinte, à l'hôpital

Le 5 novembre dernier, un couple était arrêté à La Roche-de-Glun (Drôme) à bord d'un camion volé à Avignon (Vaucluse), après 140 kilomètres d'une folle course-poursuite avec les gendarmes. Les deux jeunes gens de 22 ans comparaissaient ce lundi devant le tribunal correctionnel de Valence.

Le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Valence (Drôme), 8 janvier 2020.
Le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Valence (Drôme), 8 janvier 2020. © Radio France - Adèle Bossard

La course-poursuite spectaculaire entre le camion volé et les gendarmes le 5 novembre dernier était jusqu'ici inexpliquée. Le couple a pu s'exprimer ce lundi au tribunal correctionnel de Valence. Ils se connaissent depuis l'âge de 16 ans, ont tous deux un casier judiciaire déjà fourni pour des vols, vols avec arme, violences, car-jacking. Mais le 5 novembre dernier, ils voulaient simplement rejoindre l'hôpital de Bourg-en-Bresse.

Anaïs est enceinte, une grossesse compliquée, suivie à l'hôpital de Bourg-en-Bresse. Arthur, lui, est sensé être en prison mais n'a pas regagné sa cellule après une permission. Ils ont dans l'idée de refaire leur vie à Avignon, louent une chambre d'hôtel. Mais Anaïs est prise de douleur dans le ventre, veut repartir pour l'hôpital de Bourg-en-Bresse. Le train ? Pas possible, il risquerait un contrôle, elle a trop mal pour le prendre seule. Arthur voit alors un camion-pompe avec les clés sur le contact dans le centre-ville d'Avignon et le vole. Un camion rouge, très facilement repérable donc, et qui ne peut pas aller au-delà de 115 km/h. Il fait monter Anaïs et ils se lancent sur l'autoroute. 

"J'étais lancé, j'ai paniqué, j'ai continué jusqu'au bout" explique le jeune homme. Il percute le propriétaire du camion qui tente de l'intercepter en voiture, défonce la barrière d'autoroute, remonte l'A7 en prenant tous les risques. Il roule sur la bande d'arrêt d'urgence ou double par la droite, met des coups de volant et montre un couteau quand les gendarmes arrivent à sa hauteur ; il appelle le 17 pour dire "qu'ils arrêtent de me suivre, j'ai un camion plein de gaz".  En réalité, le camion contient juste de l'eau.

"C'était stupide. La prochaine fois, j'appellerai les pompiers"

Les gendarmes ne connaissent pas alors les intentions du chauffeur, ils craignent qu'il sorte dans le centre de Valence ou Lyon pour percuter volontairement des piétons. Les militaires sont contraints de créer un bouchon avec des poids-lourds pour forcer le camion fou à s'arrêter, à hauteur de La Roche-de-Glun. "Et même là" témoigne le capitaine Grasset, patron de l'Escadron Départemental de Sécurité Routière, "il était déterminé, il a tenté de passer, on a eu peur qu'il nous percute et qu'on finisse sous les poids-lourds. Nos vies ont été en danger."

Anaïs, poursuivie seulement pour recel de vol du camion, écope de sept mois de prison (dont trois mois de révocation de sursis d'une peine précédente). Arthur, qui était au volant et a pris tous les risques, écope de quatre ans de prison (dont deux ans de révocation de sursis d'une peine précédente). "C'était stupide. La prochaine fois j'appellerai les pompiers" reconnaît Arthur. Avec Anaïs, ils s'excusent auprès des gendarmes en toute fin d'audience.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess