Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il insulte, menace et agresse les gendarmes à L'Isle-sur-le-Doubs : huit mois de prison ferme

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

L'individu a été condamné ce lundi à huit mois ferme par le tribunal de Besançon : samedi dernier, il a insulté, menacé et agressé les gendarmes. Les dix militaires ont porté plainte.

Il a fallu plus d'une heure pour maîtriser l'individu
Il a fallu plus d'une heure pour maîtriser l'individu © Radio France - Richard Vivion

L'Isle-sur-le-Doubs, France

"Vous vous sentez mieux Monsieur?" Première question du président du tribunal de Besançon, ce lundi, au prévenu de 29 ans très calme dans le box. Deux jours plus tôt, ce jeune père de famille a donné du fil à retordre aux gendarmes de L'Isle-sur-le-Doubs. "Si vous vous approchez, j'en matraque un", les a-t-il menacés, avant de donner des coups de pied à l'un d'entre d'eux. 

Samedi, le jeune homme s'est retranché dans l'immeuble de son ex-compagne. Il était venu "récupérer son traitement de substitution". Son ex-amie a appelé les gendarmes, il tambourinait violemment à sa porte.

"Tu es un mignon petit procureur"

Il a fallu deux patrouilles, le Peloton de Surveillance et d'Intervention de la Gendarmerie (PSIG) de Montbéliard et un maître-chien pour calmer l'individu. Malgré son interpellation, il ne s'est pas calmé. Une fois en cellule, il déchire le matelas avec les dents, réputé incassable, colle l'étiquette sur l’œilleton. 

Son audition est avancée : il tutoie le procureur, lui dit "Tu es un mignon petit procureur". Au tribunal, le prévenu sourit un peu jaune. Il explique avoir perdu ses moyens, présente ses excuses aux gendarmes. La procureure demande elle, une peine exemplaire : un an d'emprisonnement dont quatre mois de sursis avec mise à l'épreuve. Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet, sans retenir le mandat de dépôt.