Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Il met KO un policier de Perpignan et se retrouve libre 24 heures plus tard

-
Par , France Bleu Roussillon

Les policiers de Perpignan expriment leur fureur. Jeudi, la justice a laissé libre un jeune de 16 ans qui a envoyé un agent à l’hôpital en le frappant lors de sa garde à vue.

Police
Police

« Ce sentiment d’impunité est insupportable ». Antoine Cuevas, secrétaire départemental d’Alliance Police dans les Pyrénées-Orientales, a cru s’étrangler en apprenant la nouvelle.Jeudi soir, la justice a décidé de laisser libre un jeune de 16 ans, interpellé en flagrant délit de vol. Alors qu’il était en garde à vue mercredi, il a asséné un violent coup de poing à un policier de 53 ans qui est tombé et a perdu connaissance. Résultat, un mois d’arrêt de travail .24 heures plus tard, l’auteur des violences était donc de nouveau dehors. « Il n’est même pas placé dans un établissement pour mineurs , déplore Antoine Cuevas. On nous prend pour des imbéciles ».

8h - policiers

Au sentiment de ne pas être soutenu par la justice, s’ajoute celui d’être en sous-effectif chronique . « Le collègue agressé avait la charge, à lui seul, de 12 personnes en garde à vue depuis le matin. Ca veut dire 12 repas, 12 visites d’avocat, 12 déplacements jusqu’aux toilettes. En fin de journée, on manque de vigilance » regrette Jean-Christophe Lourd, le secrétaire départemental adjoint du syndicat SGP-Police. « Il nous manque 30 postes à Perpignan ».

Agression police SGP

Les policiers n’ont pas le droit de grève. Mais leurs syndicats appellent à une journée d’action mercredi prochain au commissariat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu