Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il mettait des mains aux fesses à des joggeuses près de Rennes, il écope de 10 mois de prison ferme

samedi 22 décembre 2018 à 3:54 Par Alexandre Frémont et Fanny Beaurel, France Bleu Armorique et France Bleu

Un Brétilien de 27 ans condamné ce vendredi soir à 20 mois de prison dont 10 ferme par le tribunal correctionnel de Rennes. Il était poursuivi pour avoir mis violemment des mains aux fesses à des joggeuses. Au total, 14 femmes ont été agressées en deux mois entre mi-août et mi-octobre dernier.

L'homme comparaissait ce vendredi après-midi au tribunal correctionnel de Rennes
L'homme comparaissait ce vendredi après-midi au tribunal correctionnel de Rennes © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Rennes, France

Il a agressé sexuellement 14 femmes en l'espace d'à peine deux mois entre mi-août et mi octobre. Un homme de 27 ans a été condamné ce vendredi soir à 20 mois de prison dont 10 ferme par le tribunal correctionnel de Rennes. 

Ce Brétilien était poursuivi pour avoir mis violemment des mains aux fesses à ses victimes, parfois même allant jusqu'à des gestes appuyés sur leur sexe. Les faits se sont déroulés sur le chemin de halage allant de Rennes à Saint Grégoire en passant par Betton à Cesson-Sévigné. 

"Une main aux fesses ne fait de mal à personne"

Son mode opératoire est toujours le même : il est à vélo ou à pied et il agresse ses victimes par derrière. Une main aux fesses très appuyée qui peut durer quelques secondes, il va même parfois plus loin en touchant le sexe des filles agressées. "On est à la limite du viol" estime le procureur durant l'audience de ce vendredi après-midi. 

À chaque fois, il s'enfuit rapidement tout en se permettant quelques réflexions comme "tu l'as bien mérité" ou "ça ne fait de mal à personne". Sauf que si cela fait du mal. Sept victimes assistent à l'audience, dont une qu'il a agressé deux fois, en août et en octobre. Elle témoigne de son traumatisme à la barre. Elle raconte qu'elle ne mange quasiment plus, fait des cauchemars et a déménagé. 

"Je ne mange plus, je fais des cauchemars, j'ai changé d'appartement, je ne m'habille plus pareil. J'ai été agressée deux fois et j'ai encore ce sentiment aujourd'hui qu'on peut m'agresser à nouveau... J'ai du mal" une des victimes

"C'était complètement inadaptée comme approche avec les femmes"

L'homme, lui, ne nie pas ces agressions. Il a d'ailleurs déjà été condamné pour le même motif en 2012. Il explique qu'il est très timide et avoue qu'il  beaucoup de mal à aborder les femmes. C'était une manière de les approcher raconte-t-il en ajoutant quelques secondes plus tard que "c'était complètement inadapté"