Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Geneviève Legay, la militante blessée à Nice

"Il n'y a eu aucun coup de matraque" : l'avocat du policier impliqué dans l’enquête sur les blessures de Geneviève Legay

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Après les propos de Geneviève Legay, qui accuse un policier de l'avoir matraquée, Maitre Adrien Verrier, l'avocat du policier, réfute catégoriquement cette déclaration sur France Bleu Azur.

Rassemblement en soutien à Geneviève Legay
Rassemblement en soutien à Geneviève Legay © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP

Elle affirme ne pas se souvenir de grand chose, mais en tout cas, d'un coup reçu au dessus du crane pendant la charge. Geneviève Legay est catégorique : le policier mis en cause dans le dossier l'aurait frappée. "Ils m'ont donné un coup de matraque dans la tête et je veux arriver à le prouver. C'est pas la bousculade qui m'a fait tomber." expliquait lundi à France Bleu Azur l'Azuréenne de 73 ans. Des mots pesés, réfléchis de la militante de 73 ans, des mots qui mettent hors de lui Me Verrier, l'avocat du policier mis en cause dans l’enquête sur les blessures de Geneviève Legay.  

Les choses ont été clairement établies par l'analyse des images de vidéosurveillance et à aucun moment on ne voit mon client frapper Madame Legay, il n'y a absolument aucun coup qui a été porté avec une matraque" - Maître Verrier

Ecoutez Adrien Verrier

Conflit d’intérêt dans l’enquête sur les blessures de la militante ? 

L’enquête judiciaire sur ces coups a en tout cas du plomb dans l'aile ce mardi matin alors que l'enquête a été confiée à la compagne du responsable du maintien de l'ordre ce jour-là, soit le supérieur du policier suspecté. 

S’il y avait eu réellement une volonté de cacher, de camoufler, le dossier aurait été directement classé sans suite, ce qui n’a pas été le cas" - Maître Verrier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess