Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il n'y a plus de postes de juges vacants au tribunal de Nice

lundi 24 septembre 2018 à 15:35 Par Laurent Vareille, France Bleu Azur

Tous les postes de magistrats du Tribunal de Nice sont enfin pourvus. Une situation que le TGI n'avait pas connue depuis de nombreuses années et qui forcément avait de fortes conséquences sur le traitement des dossiers. Lundi, les 14 nouveaux juges ont donc été accueillis avec le sourire.

Audience de rentrée au Tribunal de Nice
Audience de rentrée au Tribunal de Nice © Maxppp - Jean-François OTTONELLO

Nice, France

La présidente par intérim du TGI de Nice est heureuse lors de son discours d'audience de rentrée en annonçant l'arrivée de 14 nouveaux magistrats. Neuf juges pour le siège et cinq affectés au parquet. Après les avoir présentés un par un, Laurence-Anne Michel, ne boude pas son plaisir en faisant remarquer que cette situation est inédite et qu'enfin, ses services vont pouvoir travailler dans la sérénité ; "On le devait aux justiciables. Maintenant, il faut les garder" explique-t-elle avec une pointe de doute quand on sait que les mouvements, mutations et départs en retraite sont nombreux durant l'année.

Un tiers des effectifs qui manquait

Un autre personnage du tribunal est en joie: le Procureur de la République. "Nous avions jusqu'en juin, 6 postes vacants sur 16, explique Jean-Michel Prêtre. C'était un tiers des effectifs qui nous manquait. Alors certes, nous assurions l'urgent, le plus pressé mais nous ne pouvions pas avoir une réflexion au long terme. Avec ces cinq arrivées, nous allons enfin pouvoir l'avoir !" Toutefois, tout n'est pas encore au vert.

Il manque encore un poste au parquet et surtout le président du TGI, muté au début de l'été, n'est pas encore remplacé et ne le sera pas avant avant la fin de l'année. Enfin la question des locaux est toujours très problématique. Il n'y a pas assez d'espace pour travailler et il manque crucialement d'une grande salle d'audience. Une question qui sera sans aucun doute au centre de la prochaine audience de rentrée, celle du mois de janvier.