Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il n'y aura pas de nouvelle école sur le site de l'ex-Angélus à Presly

mercredi 3 octobre 2018 à 18:32 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

Après la fermeture de l'Angélus, école catholique dont le directeur a été mis en examen pour des soupçons de violences sur les élèves, un père avait le projet de rouvrir un nouvel établissement. Il y renonce.

Avant sa fermeture, l'école de Presly accueillait une centaine d'élèves du CP à la terminale
Avant sa fermeture, l'école de Presly accueillait une centaine d'élèves du CP à la terminale © Maxppp - Stéphanie Para

Presly, France

Il n'y aura pas de nouvelle école sur le site de l'ex-Angélus, cette institution catholique installée à Presly, dans le nord du Cher, dont la fermeture a été ordonnée par la justice à l'été 2017. Quelques semaines plus tôt, le directeur, l'abbé Spinoza, avait été accusé de violences par plusieurs élèves. Ils s'étaient plaint de punitions allant jusqu'à la privation de nourriture. Depuis, l'homme a été mis en examen. 

Une association étrillée financièrement

Parmi les parents ayant conservé leur soutien à l'abbé, Eric Lougnon avait créé une association populaire d'éducation, dans le but de pouvoir ouvrir un nouvel établissement sur le site. Mais au mois d'août dernier, le rectorat s'est opposé au projet, et aujourd'hui Eric Lougnon annonce qu'il y renonce. Joint par France Bleu Berry, ce père de famille explique que l'association a déjà contracté 12.000 euros en frais d'avocat dans les diverses démarches judiciaires engagées jusqu'ici. La remise en état des locaux, laissés libres après la levée des scellés en mars 2018, s'est également révélée très coûteuse. Une vingtaine de radiateurs étaient notamment à remplacer. D'après Eric Lougnon, à la rentrée 2017, alors que les familles espéraient une réouverture rapide, 140 élèves auraient pu être inscrits dans ce nouvel établissement.