Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mont-de-Marsan : il prenait des photos de ses patientes à leur insu

mardi 4 septembre 2018 à 19:31 Par Marion Dambielle-Arribagé, France Bleu Gascogne et France Bleu

Un anesthésiste de 60 ans, qui exerçait à l’hôpital Layné de Mont-de-Marsan, était jugé ce mardi par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan. Entre 2010 et 2014, il a pris des photos d'une dizaine de patientes, à leur insu.

Certaines photos ont été prises au bloc opératoire (photo d'illustration)
Certaines photos ont été prises au bloc opératoire (photo d'illustration) © Maxppp - Olivier Arandel

Mont-de-Marsan, France

Douze victimes ont été identifiées sur les photos retrouvées dans l'ordinateur et le téléphone portable de cet anesthésiste de 60 ans, qui officiait à l'hôpital Layné depuis 14 ans. Certaines patientes sont endormies, d'autres non, mais aucune ne se rend compte qu'il est en train de les photographier. Les photos ont été prises en salle d'accouchement, en salle de réveil ou au bloc opératoire. On y voit des parties de corps dénudés, la poitrine, parfois le sexe des patientes, plus rarement leur visage. 

Une confiance trahie

Les victimes se disent choquées, écœurées, trahies. "Un anesthésiste, c'est quelqu'un en qui on doit avoir une confiance absolue, c'est lui qui vous endort et lui qui vous réveille. On lui confie sa vie", souligne l'avocat de l'une des victimes. Le prévenu, lui, évoque un burn-out, un surmenage professionnel qui lui aurait fait faire n'importe quoi. Il ne réalisait pas la portée de ce qu'il faisait, dit-il. Depuis 4 ans, il se soigne, voit un psychiatre. Il est mis à pied depuis 4 ans, à titre conservatoire. Devant le tribunal, il demande pardon et demande à bénéficier d'une seconde chance. "La médecine c'est toute ma vie" affirme-t-il.  

Le procureur a requis 1 an de prison, 30 000 euros d'amende et l'interdiction définitive d'exercer. L'avocat de la défense a plaidé la relaxe. Le jugement a été mis en délibéré au 16 octobre.