Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Il sauve des lévriers espagnols de l'enfer dans le Lauragais

-
Par , France Bleu Occitanie

Touché par le sort des Galgos, ces lévriers espagnols martyrisés par leurs maîtres chasseurs, Guy Dedieu crée il y a six ans l'association "Galgos sans famille". Avec l'aide de sa femme et de nombreux bénévoles, ce transporteur routier fait adopter une quinzaine de chiens par mois.

Guy Dedieu fondateur et Président de l'association Galgos sans famille, et sa femme, la trésorière.
Guy Dedieu fondateur et Président de l'association Galgos sans famille, et sa femme, la trésorière. © Radio France - Valentin Belleville

Trébons-sur-la-Grasse, France

Leurs vies ne valent pas grand chose en Espagne. Chaque année 30 000 à 40 000 Galgos, ces lévriers utilisés pour la chasse aux lapins et aux lièvres, sont tués par leurs maîtres. Si l'animal ne courre pas assez vite ou pas assez longtemps, ses jours sont comptés. De même à la fin de la saison lorsqu'ils ne sont plus utiles à la chasse. Abandons dans des cages, tortures, pendaisons, cette coutume vieille de plusieurs siècles perdure en Espagne. Touché par leur tragique destin, Guy Dedieu un amoureux de ces bêtes, décide de créer une association en 2013 : Galgos sans famille.

Près de Toulouse, à Trébon-sur-la-Grasse, il bataille tous les jours pour sauver et faire adopter des lévriers en détresse. Ce transporteur routier consacre ses soirées et ses weekends à organiser des transports d'animaux depuis l'Espagne mais aussi des collectes de croquettes et des manifestations.

De l'enfer à une famille d'adoption

S'il a grandi au coté d'animaux, tout commence il y a sept ans pour Guy lorsqu'il recueille un lévrier qui sort d'un calvaire en Espagne : 

C'était lors d'un voyage en Espagne, je visitais un refuge pour chiens. Des chasseurs sont arrivés et ont abandonné un lévrier devant moi... Elle avait été brûlée avec des mégots de cigarette, elle avait une blessure à la patte, qu'elle à toujours d'ailleurs.

Quelques mois plus tard, avec l'aide de sa femme il crée "Galgos sans famille"... En lien avec six refuges espagnols : "les bénévoles en Espagne amènent les chiens maltraités qu'ils trouvent, attachés dans les forêts, dans des puits, des caves... Ils les remettent en forme, puis on se charge de les placer en famille d'adoption"

Il offre une seconde vie à une quinzaine de lévriers par mois, adoptés par des familles Françaises, Belges ou encore Suisse.  Adopter un galgo est à la portée de toutes et tous comme l'explique Guy :

On fait des entretiens préalables avec les familles pour savoir si ce qui est dit sur le papier ou au téléphone correspond bien à la vérité. Et bien sûr ça permet de vérifier si le logement, le mode de vie correspond bien à l'animal qui va arriver dans ce foyer. Ensuite on téléphone régulièrement à la famille pour savoir comment ça se passe.

"Il était nourri uniquement à l'huile de friteuse"

Pour accueillir un lévrier il faut répondre à certains critères : avoir des clôtures d'au moins 1m 80, pouvoir promener l'animal tous les jours. Guy sait de quoi il parle, il en a huit à la maison. Il les considère comme ses enfants, c'est d'autant plus difficile d'en perdre un. En 2017, il reçoit l'appel d'un refuge pour un lévrier en très mauvais état : "il était nourri uniquement à l'huile de friteuse" Guy et sa femme décident de s'en occuper. Malheureusement, en vain, l'animal décède quelques mois plus tard. 

Flyer c'est le nom de ce lévrier mort de maltraitance, c'est aussi le nom que va donner Guy au refuge qu'il compte créer d'ici 2 ans. Il sera alors retraité et pourra consacrer 100% de son temps au sauvetage des chiens.

Infos pratiques pour adopter un lévrier espagnol ou aider le travail de l'association : galgossansfamille@gmail.com / 06 47 12 72 26