Faits divers – Justice

Quatre ans de prison ferme pour avoir sympathisé avec des commerçants et être parti sans payer

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Besançon et France Bleu Hérault jeudi 12 octobre 2017 à 11:40

Illustration
Illustration © Maxppp -

Un homme a été condamné à quatre ans de prison ferme à Vesoul pour grivèlerie. Il écumait les cafés, les bars, les hôtels et arrivait à gagner la confiance des commerçants pour repartir sans payer. Il a sévi notamment à Soubès dans l'Hérault.

Il arrivait à gagner la confiance des commerçants pour finalement repartir sans payer. Un homme qui écumait les villages dans toute la France, et notamment l'Hérault et le Gard, vient d'être arrêté à Vesoul (Haute-Saône).

L'homme a été condamné dans la foulée à quatre ans de prison ferme.

Il inventait des histoires plutôt crédibles et arrivait à se faire offrir le gite le couvert en promettant de payer plus tard. Mais tous ceux qui ont été pris de pitié pour cet homme n'ont jamais vu la couleur de leur argent. C'est ce qu'on appelle une grivèlerie.

"C'était quelqu'un d'agréable, on a passé un bon moment, mais on s'est fait avoir."

À Soubès, près de Lodève (Hérauilt) c'est le bar du Terral qui s'est fait avoir. "Il nous a dit qu'il était tombé en panne et qu'il avait retiré tout ce qu'il avait pour payer l'assistance pour son camion, qu'il cherchait un gite pour une paire de jours et que sa sœur allait remonter du Pays-Basque pour le récupérer et en même temps lui apporter des habits, on l'a pris en pitié, raconte Cyril Pièt, le gérant du bar.. On lui a dit qu'il pouvait faire une petite note jusqu'au lendemain, le temps que sa sœur arrive pour nous payer."

"Donc il a mangé le midi, il a bu un petit apéro, mais le soir qu'il devait revenir, il était déjà parti. Là, on est mal tombé. Ce n'est pas très grave. C'était quelqu'un d'agréable, on a passé un bon moment. Après, ce qu'il fait ce n'est pas bien, je pense que c'est plutôt un jeu. Mais bon, j'aimerai bien qu'il se fasse attraper pour lui passer le bonjour en garde à vue, pour se moquer de lui comme il s'est moqué de nous."

Cyril Pièt, le patron du bar