Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il tabasse sa jeune compagne, un an et demi de prison ferme

vendredi 7 septembre 2018 à 18:24 Par Willy Moreau, France Bleu Périgord

Un jeune habitant de Périgueux est condamné ce vendredi à deux ans de prison dont six mois avec sursis pour avoir frappé violemment sa compagne, notamment au visage.

La jeune femme de 23 ans a reçu plusieurs coups de poing au visage (image d'illustration).
La jeune femme de 23 ans a reçu plusieurs coups de poing au visage (image d'illustration). © Maxppp - Lionel VADAM

Périgueux, France

La jeune femme a 23 ans. Son visage est tuméfié, les yeux rougis presque enfoncés par le poids des coups qui ont "plu" comme elle le dit dans la nuit de mercredi à jeudi. Son compagnon, déjà condamné par le passé pour violences en état d'ivresse, est condamné à un an et de prison ferme et six mois avec sursis. 

La politique de l'autruche

Lorsque l'homme apparaît dans le box, il regarde aussitôt celle qu'"il aime". Elle, ne se tourne jamais vers lui. Dans la nuit de mercredi à jeudi, il boit. "C'est une addiction", assume-t-il. Tout comme le cannabis qu'il fume encore le soir des violences. Agacé par le silence de la jeune femme face à ses textos, il rentre dans l'appartement et la découvre au téléphone. 

Elle parle à sa mère. Lui, la croit avec un amant. "Il croyait que j'avais un mec, lâche-t-elle, entre deux râles. J'avais mes règles, je ne voulais pas coucher avec lui."

L'agresseur lui soutire le portable, l'attrape par les cheveux et lui assène plusieurs coups de poing. Devant les juges, il minimise ses actes : "C'étaient de simples gifles". Argument retoqué par les analyses du médecin légiste qui mettent en avant également des marques de strangulation. 

La victime explique qu'il l'a étranglée à un moment : "Il me disait qu'il m'aimait et en même temps qu'il allait me tuer". L'homme revient sur cet accès de violence et avance plusieurs excuses. 

Le comportement "odieux" de la copine qui met l'accent sur ses soucis de famille. L'addiction à l'alcool et au cannabis. L'abandon du service pénitentiaire d'insertion et de probation qui ne l'a jamais rappelé après une précédente condamnation. L'homme se dit délaissé mais la juge le met face à ces responsabilités : "On vous a donné une chance et on vous retrouve trois mois après au tribunal"

Interdiction de revoir sa compagne pendant deux ans

Alors que le ministère de l'Intérieur a dévoilé ce jeudi 8.000 nouveaux faits de violences conjugales en 2017, dont 6.000 concernent des femmes, le Procureur de la République de Périgueux a prononcé une réquisition sévère sans faire du futur condamné un symbole : deux ans de prison ferme

La peine finale est d'un an et demi de prison ferme et de six mois de sursis avec deux ans de mise à l'épreuve. L'homme ne peut plus approcher la jeune femme pendant cette période.