Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Il tue sa compagne de deux coups de fusil en pleine tête dans le quartier de Crouin à Cognac

-
Par , France Bleu La Rochelle

On en sait un peu plus sur les circonstances dans lesquelles un habitant du quartier de Crouin à Cognac a tué sa compagne, dans la nuit de mardi à mercredi, de deux coups de fusil de chasse dans la tête. L'homme de 48 ans est toujours en garde à vue. Il doit être déféré vendredi.

La Procureure de la République d'Angoulême a fait jeudi le point sur le féminicide de Crouin
La Procureure de la République d'Angoulême a fait jeudi le point sur le féminicide de Crouin © Radio France - Pierre MARSAT

Au lendemain de la découverte du corps sans vie d'une femme tuée par arme à feu dans un appartement du quartier de Crouin à Cognac, l'auteur présumé des deux coups de feu était toujours en garde à vue jeudi soir. C'est dans la nuit de mardi à mercredi que les faits ont eu lieu. C'est un proche du couple qui a donné l'alerte : il s'est présenté, mercredi matin, au domicile de ses amis, et il s'est inquiété de l'absence de la victime. La femme, âgée également de 48 ans, a été découverte sans vie, dans la chambre. Elle a été tuée par deux coups de fusil de chasse dans la tête. Aucune autre trace de violence n'a été constatée par les enquêteurs.

Des déclarations floues sur le mobile du meurtre

L'autopsie a eu lieu jeudi matin à l'Institut Médico-Légal de Poitiers. Le conjoint, interpellé en fin de matinée mercredi, qui se déclare "sans profession", âgé lui aussi de 48 ans, détenait un fusil de chasse dans son appartement. Il n'a qu'un seul antécédent judiciaire : il a été condamné, en 2010, à de la prison avec sursis, pour des vols et recels. Il ne faisait l'objet d'aucun suivi judiciaire. Les enquêteurs attendent les résultats toxicologiques, pour savoir s'il a agi sous l'empire de l'alcool, de stupéfiants, ou de médicaments. Pendant sa garde à vue, il ne nie pas les faits qui lui sont reprochés, mais ses explications restent évasives et confuses. Une information pour homicide volontaire par conjoint devrait être ouverte vendredi, au terme de la garde à vue

Choix de la station

À venir dansDanssecondess