Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il y a dix ans, Valentin Crémault était assassiné de 40 coups de couteau dans l'Ain

vendredi 27 juillet 2018 à 17:50 - Mis à jour le dimanche 29 juillet 2018 à 9:34 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Dans la soirée du 28 juillet 2008, le petit Valentin, qui allait avoir 11 ans, était assassiné à Lagnieu (Ain), par Stéphane Moitoiret, qui lui portait une quarantaine de coups de couteau. Dix ans après, sa mère, Véronique Crémault, vit toujours avec la terrible douleur de l'absence.

Valentin allait avoir 11 ans quand il a été sauvagement assassiné
Valentin allait avoir 11 ans quand il a été sauvagement assassiné © Maxppp -

Montalieu-Vercieu, France

Ce soir du 28 juillet 2008, à Lagnieu, dans l'Ain, Valentin fait du vélo dans la rue, non loin de la maison où il passe ses vacances. L'enfant est originaire de Montalieu, dans le Nord-Isère. Mais sa route va croiser celle de deux marginaux, deux routards : Noëlla Hégo, qui se fait appeler “sa Majesté“, et Stéphane Moitoiret, surnommé “le secrétaire“.  Leur théorie, c'est que pour retourner en arrière, dans le temps, il faut tuer quelqu'un volontairement. C'est ce qui poussera Moitoiret à larder Valentin de quarante coups de couteau.

Moitoiret condamné à 30 ans de réclusion criminelle en 2013

En 2013, lors du procès en appel, tandis que Noëlla Hégo, condamnée à cinq ans de réclusion, ressortait libre du tribunal, Stéphane Moitoiret était, lui, condamné à 30 ans de réclusion criminelle, assortis d'une peine de sûreté de 20 ans pour assassinat. Il a été reconnu responsable, alors que ses avocats avaient plaidé la folie. Il purge sa peine en prison. 

Véronique Crémault, la maman de Valentin, lors du procès en appel en 2013 - Maxppp
Véronique Crémault, la maman de Valentin, lors du procès en appel en 2013 © Maxppp -

Ce jugement a permis à Véronique Crémault, la maman de Valentin, de faire son deuil, même si la souffrance est toujours là : " Moitoiret est bien en prison, et pas en hôpital psychiatrique et cela m'a aidée, un peu, pour trouver un certain apaisement et continuer à vivre..." reconnait Véronique Crémault. "Pour moi, ces 10 ans ont passé très vite. J'ai toujours l'impression qu'on m'a arraché Valentin, hier..."

Une cérémonie, dans l'intimité, au cimetière où repose Valentin

Pour les dix ans de la disparition de son fils, Véronique Crémault organise, au cimetière de Montalieu où repose Valentin, une cérémonie en toute intimité : "Il y a aura la famille et les amis très proches. On viendra avec des fleurs et des bougies se recueillir sur la tombe de mon fils. Je ne voulais pas de marche blanche, nous avons été trop exposés médiatiquement. Je voulais un temps pour nous, en communion avec lui" explique Véronique Crémault, dont la voix se brise.

“De là où il est, je sais qu'il veille sur moi.“ – Véronique Crémault, la maman de Valentin

La maman de Valentin a fait un travail sur elle-même pour s'en sortir :"J'ai trouvé une forme de spiritualité qui m'aide à tenir. Je suis certaine que mon fils veille sur moi ! Mais là-haut, il n'est pas seul. Son père est à ses côtés" 

En effet, le mari de Véronique Crémault est décédé à la fin de l'année 2017 : "Je dis que Moitoiret n'a pas assassiné que mon fils. _Il a aussi tué mon mari_. Car après ce drame terrible, il ne s'en est jamais remis, il a sombré dans la dépression, il s'est laissé mourir."

“J'imagine aujourd'hui ce qu'il serait devenu.” – Véronique Crémault

Véronique Crémault pense à son fils tous les jours : "Je parle toujours de lui au présent. Il vit en moi. Je ne dis pas qu'il aurait eu mais qu'il va avoir 21 ans, le 5 septembre prochain, au-delà des nuages. Je ne vois plus le petit garçon qu'il était, mais j'imagine le jeune homme qu'il serait devenu. Il ferait des études, il aurait le permis de conduire, il aurait peut-être une petite copine... Je me rends compte de tout ça, surtout quand je croise dans la rue, ses anciens copains de classe qui, eux, ont eu la chance de grandir..."

Un bel hommage sera organisé le 25 novembre par le club de gym de Valentin

Le 25 novembre prochain, le Gym club de Montalieu, où Valentin était licencié et qui organise depuis 2008 un hommage au petit garçon, a prévu de faire une cérémonie encore plus belle et émouvante pour les dix ans de sa mort.