Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'affaire Xavier Dupont de Ligonnès

Il y a dix ans, Xavier Dupont de Ligonnès passait sa première nuit de cavale en Charente-Maritime

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Il y a tout juste dix ans, Xavier Dupont de Ligonnès passait sa première nuit en cavale après avoir quitté Nantes. C'était la nuit du 10 au 11 avril 2011. Une nuit qu'il passe en Charente-Maritime, à l'hôtel Le Beaulieu à Puilboreau près de La Rochelle.

Xavier Dupont de Ligonnès a passé sa première nuit de cavale à l'hôtel Le Beaulieu de Puilboreau
Xavier Dupont de Ligonnès a passé sa première nuit de cavale à l'hôtel Le Beaulieu de Puilboreau © Radio France - Audrey Abraham

C'est l'homme le plus recherché de France. Il y a tout juste dix ans, Xavier Dupont de Ligonnès passait sa première nuit en cavale après avoir quitté Nantes. Quelques jours plus tard, dans sa maison étaient retrouvés les corps de sa femme et de leurs quatre enfants. 

Cette première nuit de cavale du 10 au 11 avril 2011, il la passe en Charente-Maritime, à l'hôtel Le Beaulieu à Puilboreau près de La Rochelle. Dix ans plus tard le propriétaire de l'hôtel se souvient avoir loué une chambre à un homme calme et discret. 

Une réservation sous un nom d'emprunt

C'était un dimanche soir et à force d'avoir fait travailler sa mémoire pour aider les enquêteurs, Philippe Hurtaud, propriétaire de l'hôtel Le Beaulieu, a pu remettre en ordre certains détails : "Un dimanche soir au mois d'avril c'est plutôt calme, très calme ! J'étais dans le salon, je me rappelle. J'étais devant la télévision puisqu'il était autour de 20h30. Et puis je vois arriver un client comme un autre. Je vais à l'accueil, je lui loue la chambre, il me paie. Ça n'a pas duré beaucoup plus de deux minutes."

50 euros pour une chambre ordinaire assure le patron et sans petit déjeuner : _"_Il est parti dans la nuit ... ou tôt le matin. Ce qui ne me permet pas de me souvenir de la bobine de ce visiteur, de ce client."

Le soir du 10 avril, Philippe Hurtaud loue, sans le savoir, une chambre à XDDL
Le soir du 10 avril, Philippe Hurtaud loue, sans le savoir, une chambre à XDDL © Radio France - Audrey Abraham

Quelques semaines plus tard, il apprend dans la presse que c'est un homme en cavale qu'il a croisé ce soir là. Alors, en boucle, il se repasse la soirée du 10 avril : "Il n'a pas réservé sous son nom, c'était un nom d'emprunt, c'est ce que m'a demandé le commissariat. Il était le profil très bas, discret mais ordinaire. Il était au tout début de sa cavale, tranquille pas de panique, je ne me rappelle pas avoir senti un client fliqué, traqué !" C'est la seule impression que garde le patron. Le visage, les détails impossible de les retrouver : "Il n'y avait pas grand monde en plus ce soir là mais j'ai fait un espèce d'effort de mémoire visuelle... sans résultat !"

Sans le savoir, il a eu devant lui l'homme le plus recherché de France : _"_Si j'avais su, il ne serait pas reparti de l'hôtel évidemment... mais qu'est-ce que vous voulez, je ne savais pas qui c'était !"

Aujourd'hui Xavier Dupont de Ligonnès "est peut-être mort, peut-être au bout du monde, ou juste à côté à Puilboreau", réfléchit Philippe Hurtaud mais dix ans plus tard, "ça (lui) importe peu."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess