Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Il y a 50 ans, le "casse du siècle" à l'hôtel des postes de Strasbourg

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

C'était il y a 50 ans, le 30 juin 1971. Strasbourg vivait "le casse du siècle", le vol de plus d'un milliard d'anciens francs en quatre minutes, quasiment sans violence, dans l'ancien hôtel des postes de la ville. Retour sur ce braquage hors du commun.

C'est dans cet immense bâtiment, l'ex hôtel des postes de Strasbourg, qu'a eu lieu le braquage
C'est dans cet immense bâtiment, l'ex hôtel des postes de Strasbourg, qu'a eu lieu le braquage © Radio France - Antoine Balandra

Un milliard d'anciens francs… volés en 4 minutes ! Soit 11 millions de francs nouveaux ou 1.600.000 euros. C’était il y a 50 ans, le 30 juin 1971. Le "casse du siècle" avait lieu à Strasbourg.

En fait le braquage de l’hôtel des Postes avenue de la Marseillaise…  Il est 9h du matin ce mercredi 30 juin 1971. Un fourgon blindé se gare dans la cour de la poste centrale. Quatre postiers déchargent des sacs bourrés de billets sur des chariots comme l'explique François Burgard, qui était à l'époque journaliste stagiaire au journal les DNA.

"Ce fourgon venait de la banque de France à 600 mètres de là. Il venait approvisionner la poste en argent liquide, parce que c'était la fin du premier semestre de l'année et les retraités à l'époque touchaient l'argent de la retraite en liquide. La police escortait le fourgon, mais seulement jusqu'à l'entrée de la cour" explique-t-il.

Le plan du hold up dessiné à l'époque par les services des DNA
Le plan du hold up dessiné à l'époque par les services des DNA - François Burgard

Ensuite, quatre postiers transfèrent les sacs plein d'argent sur des chariots, pour les faire rouler à travers les couloirs très fréquentés de la poste centrale, vers la salle du coffre fort.

Porte condamnée

"Il y avait beaucoup de monde. C'était l'effervescence. Des postiers qui travaillaient partout. Et au milieu il y avait une équipe en bleu de travail, chargée de vérifier les chauffages. Au moment où les postiers avancent dans ce couloir d'accès, les vérificateurs des radiateurs se retournent, masqués et sortent des flingues" raconte le journaliste.

En fait, des malfaiteurs qui avaient parfaitement préparé leur coup. Ils étaient allés jusqu'à faire du repérage pendant des mois. Ils avaient même réussi à faire changer la serrure d'une porte normalement condamnée, et qui donnait sur l'avenue de la Marseillaise. C'est de là qu'ils sont ressortis tranquillement dans la rue. Une estafette les attendait. "Quand je suis arrivé dans le grand hall, il y avait beaucoup de monde. Des journalistes, des postiers, des policiers. Je me souviendrai toujours du reporter de Radio Luxembourg qui m'a dit : "il paraît que c'est un milliard" sourit aujourd'hui François Burgard. 

C'est par cette petite porte qui existe toujours que le gang a pris la fuite
C'est par cette petite porte qui existe toujours que le gang a pris la fuite © Radio France - Antoine Balandra

L'argent n'a d'ailleurs jamais été retrouvé. Le casse a été attribué au gang des lyonnais. L'un de ses membres a d'ailleurs reconnu l'implication du groupe dans un livre il y a 10 ans. Mais personne n’a donc jamais été jugé pour ce braquage qui ne figurait pas au programme du procès devant les Assises du Rhône du gang des lyonnais en 1977.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess