Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il y a un an, le skieur David Poisson se tuait à l'entraînement

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Interview - Le 13 novembre 2017, l'enfant de Peisey-Nancroix se tuait à 35 ans à l'entraînement de descente au Canada. En Savoie, personne n'a oublié le champion si gentil. Sa maman Jeannette transmet le message toujours positif de son champion.

La cérémonie hommage à David Poisson
La cérémonie hommage à David Poisson © Radio France - Christophe Van Veen

Peisey-Nancroix, France

13 décembre 2017 à Nakiska. Figure charismatique de l’équipe de France de descente, le Savoyard a perdu un ski, a traversé le filet de sécurité et il est mort sur le coup en percutant un arbre. 

Un choc pour le monde du ski, pour son village de Peisey - un millier de personnes lui avait rendu hommage lors d'une cérémonie qui a réuni toute la grande famille de la montagne. Un choc pour sa famille, notamment son frère Sébastien et sa maman Jeannette qui tient l'auberge "l'Ancolie" à Peisey.  

Des cailloux pour "Kaillou"

Un an après, dans le village, sur le site de Rosuel, un "menhir", un grand caillou,  rend hommage à celui qu'on surnommait Kaillou. Il sera bientôt gravé par un artiste local. Ce bloc de granit cotoie un cairn réalisé avec des pierres du monde entier (certaines sont arrivées par la Poste d'Australie ou du parc Yosémite en Californie). "Un caillou pour Kaillou", c'était la proposition au lendemain de la terrible nouvelle, et depuis les pierres ne cessent d'affluer sur Peisey. "Des choses simples à l'image de David, lui le fan d'Obélix", apprécie sa maman. "Le menhir a été validé puisque Léo, le fils de David y est monté dessus hier". L'énergie positive de son fils est toujours vivace. 

Des cailloux pour Kaillou - Aucun(e)
Des cailloux pour Kaillou - Jean-Baptiste Pascal

Entourée des siens, ce mardi 13  novembre, Jeannette sera dans son auberge chaleureuse de Peisey "L'Ancolie" qu'aimait tant David. 

Rester debout. Digne de la force et du sourire de David. 

France Bleu Pays de Savoie : Comment allez-vous vivre ce 13 novembre ?

Jeannette Poisson : - Beaucoup de gens aimaient David et souhaitent lui rendre hommage. Egoïstement, j'ai envoyé des SMS à des proches pour leur dire de venir à l'auberge, manger un peu de terrine et boire le verre de l'amitié, et qu'on parle de tout, de rien, de David, de ski, de la saison prochaine... des choses simples, pleine de force et de respect. On a traversé l'année avec des hauts et des bas. Son père était parti trois semaines avant lui. (NDLR : Le papa de David est mort juste avant lui) . Mais malgré ça, il y a en nous une force. Je pense que c'est grâce au charisme de David. Quand tout le monde vous témoigne de ce que votre fils représentait pour eux, pour le monde du ski, ça vous tient debout. 

Dans votre message que le journal "L'équipe" publie ce mardi, vous annoncez la création d'une association.

Autour de David, dans l'esprit de David, sans polémique, en étant positif et constructif. On parlera peut-être de sécurité, mais surtout de la passion du ski, à notre petit niveau.

Positif. Constructif. Vous auriez pu être tout le contraire après ce drame. 

J'ai très vite vu que j'allais perdre une énergie incroyable en me rebellant contre ce qui était arrivé. Il n'y avait pas 36.000 questions à se poser. J'ai eu la chance de pouvoir me relever et de continuer grâce à toutes les mains tendues. Les gens sont fantastiques. Et puis il fallait être digne de la force de mon mari et du sourire de David. 

On a le sentiment qu'on a pris conscience de la dangerosité de ce sport. Qu'il y a un avant et un après David. Malheureusement.

Je ne sais pas. En tout cas, les vrais passionnés de descente savent depuis toujours que c'est un sport dangereux. Ces coureuses et ces coureurs se préparent pour qu'il arrive le moins de choses possibles. Mais moi, ma  devise, c'est "Vivre est dangereux". Il y a des gens qui se sont permis de me dire : "Tu devais t'attendre au pire avec les risques que prenait David." Mais David réalisait sa passion. Si son accident peut améliorer la sécurité tant mieux. Mais là, je pense que on peut seulement dire que c'était sa putain de destinée

Au moment de clore notre interview, Jeannette Poisson lance : " Go, go, go ! Un petit bisou à Brice qui s'est cassé le bras à l'entraînement aux USA. Je vais continuer à suivre les compétitions de la descente, je serai à Kitzbühel, pour soutenir tous les coureurs de toutes les nations qui ont été remarquables lors de la saison dernière face à cette perte de David qui les a tant touchés. Tous !"

Choix de la station

France Bleu