Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Gironde : il y aura un nouveau procès dans l'affaire des épandages de Villeneuve

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Coup de théâtre judiciaire dans l'affaire de l'intoxication d'une vingtaine d'élèves et leur institutrice de l'école de Villeneuve, en mai 2014. Le parquet général de Bordeaux fait appel de la relaxe prononcée le 30 avril dernier en faveur des châteaux Castel La Rose et Escalette.

En 2014, une vingtaine d'élèves avaient ressenti nausées, irritations des yeux et de la gorge, malaises après l'épandage des vignes toutes proches.
En 2014, une vingtaine d'élèves avaient ressenti nausées, irritations des yeux et de la gorge, malaises après l'épandage des vignes toutes proches. © Radio France - Xavier Ridon

Libourne, France

Le Parquet général de Bordeaux prend le contre-pied de la décision rendue le  30 avril dernier par le tribunal correctionnel de Libourne.  

Celui-ci avait prononcé la relaxe en faveur des  deux châteaux poursuivis pour des épandages de produits phyto-sanitaires qui auraient provoqué les malaises d'une vingtaine d'enfants et une enseignante de l'école de Villeneuve, dans le Blayais. Les juges avaient suivi les conclusions de la procureure qui,  à l'audience, avait estimé qu'il n'y avait aucune certitude sur le lien de causalité entre les épandages et les malaises constatés. Le doute avait donc profité aux deux châteaux dont les vignes jouxtent l'école de Villeneuve. 

Il y aura donc un nouveau procès sur le fond, se réjouit François Ruffié, l'avocat libournais de la SEPANSO, l'une des deux associations de défense de l'environnement à s'être portées parties civiles (avec Générations Futures) dans ce dossier sensible. Elle n'avaient jusqu'à maintenant que la possibilité de faire appel  sur les intérêts civils, sans enjeu pénal  pour les propriétés viticoles.  

La décision du Parquet général de faire appel  remet les compteurs judiciaires à zéro.

Choix de la station

France Bleu