Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Île d'Oléron : la trop longue attente des certificats de décès

Faute de médecins en nombre suffisant sur l'île d'Oléron, la délivrance des certificats de décès peut parfois prendre beaucoup de temps. Ce certificat est pourtant indispensable aux familles, aux pompes funèbres et aux pouvoirs publics.

Illustration - certificat de décès
Illustration - certificat de décès © Maxppp - Luc Nobout

C'est une des conséquences du manque de médecins sur l'île d'Oléron : il peut s'avérer très compliqué d'obtenir un certificat de décès. Le problème est connu à Oléron : les nombreux médecins qui partent en retraite ne trouvent pas de remplaçants. Et les médecins de garde n'arrivent plus à répondre aux demandes, surtout pendant les weekends prolongés. Et voilà comment le simple constat d'un décès peut parfois devenir problématique.

"On a eu des situations très compliquées, parfois tragiques", témoigne le maire de Saint-Pierre d'Oléron Christophe Sueur. Car le certificat de décès est indispensable, pour les familles, les pompes funèbres, les pouvoirs publics : tant qu'il n'est pas délivré, il n'est pas possible de toucher au corps du défunt.

Une maman décédée depuis plus de 24 heures

Une situation terrible d'abord pour les familles qui doivent attendre auprès du corps. Le maire de Saint-Pierre d'Oléron raconte : "il m'est arrivé, pendant un scrutin, de me retrouver devant des _personnes en larmes_, qui venaient me demander d'intervenir". "Une maman était décédée depuis plus de 24 heures et on ne pouvait pas intervenir", regrette-t-il. Impossible de faire la toilette mortuaire ou les soins de conservation tant que le médecin n'est pas passé. Les pompes funèbres ne peuvent pas non plus lever le corps ni le transporter vers une chambre mortuaire. Et ça, ça peut finir par créer un risque sanitaire, les corps commençant à se décomposer rapidement.

Et pour les pouvoirs publics aussi, la situation peut devenir intenable : si la personne est décédée dans la rue et qu'il faut attendre le médecin, les secours ne peuvent pas partir sur une autre intervention. "Parfois, c'est très long", explique Christophe Sueur : "des situations où la police municipale ou même les élus ont dû attendre faute de médecin pour constater le décès".

L'Ordre des Médecins assure que le problème est connu. Mais il le relativise : cela arrive "de temps en temps" depuis une vingtaine d'années, selon lui. La question sensibles des astreintes reste toujours en chantier sur l'île d'Oléron.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess