Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ile d'Oléron : un procès pour le coq Maurice

-
Par , France Bleu La Rochelle

Depuis deux ans, un coq chanteur de Saint-Pierre-d'Oléron est l'objet d'un conflit de voisinage entre sa propriétaire et un couple qui possède une maison de vacances juste à côté de l'enclos. Les plaignants réclament le départ de Maurice. L'affaire sera tranchée au tribunal le 6 juin.

"Je ne me séparerai pas de mon coq" assure Corinne Fesseau qui dit s'être attachée son poulailler. Quelques œufs le matin, une vie dans le jardin, mais un "trouble de voisinage anormal" pour les plaignants.
"Je ne me séparerai pas de mon coq" assure Corinne Fesseau qui dit s'être attachée son poulailler. Quelques œufs le matin, une vie dans le jardin, mais un "trouble de voisinage anormal" pour les plaignants. © Radio France - Julien Fleury

Saint-Pierre-d'Oléron, France

Son coq, Corinne Fesseau le prend dans ses bras comme un chat. "Je m'y suis attachée", assure cette figure de l'île d'Oléron, chanteuse locale de Saint-Pierre connue sous le nom de Coco. Depuis deux ans, Coco est engagée dans un bras-de-fer avec ses voisins immédiats, un couple du Limousin qui possède une maison de vacances à trois mètres seulement de l'enclos de Maurice, qu'il partage avec quatre poules. Les plaignants réclament non pas la mort mais le départ du coq, qui à ses débuts donnait de la voix du lever au coucher du soleil. Pour avoir gain de cause, ils ont obtenu un procès devant le tribunal d'instance de Rochefort. Rendez-vous le 6 juin prochain.

Pour Corinne Fesseau, se séparer de sa basse-cour est impensable. "C'est le plaisir d'avoir des œufs le matin, assure Coco. Et puis ça fait de la vie dans le jardin. Je ne me séparerai pas de mon coq ! Il est gentil, en plus." Dans son combat pour sauver son coq, Corinne Fesseau a reçu le soutien de nombreux riverains, et même du maire de Saint-Pierre. Christophe Sueur est allé jusqu'à prendre un arrêté municipal l'an dernier, pour rappeler le caractère rural de sa commune, et le droit de ses habitants à entretenir une basse-cour.

Juste derrière le mur de son jardin, Corinne Fesseau a des voisins excédés par des chants intempestifs du coq. "Mais ils ne viennent jamais" peste la propriétaire de Maurice le coq. - Radio France
Juste derrière le mur de son jardin, Corinne Fesseau a des voisins excédés par des chants intempestifs du coq. "Mais ils ne viennent jamais" peste la propriétaire de Maurice le coq. © Radio France - Julien Fleury

Commune rurale ou lotissement urbain ?

Cet argument de la ruralité est balayé par les plaignants. Il faut dire que l'affaire se déroule dans un lotissement situé à deux pas du centre-bourg de Saint-Pierre, dans un environnement plutôt urbain. Un huissier est donc venu au printemps 2018, pour constater le chant du coq avant 7 heures du matin. Une vidéo a même été tournée. C'est un "trouble anormal de voisinage", assure l'avocat des plaignants, le Saintais Vincent Huberdeau. Il rappelle que ses clients ont acheté leur maison bien avant l'arrivée des gallinacés. L'avocat s'appuie sur la jurisprudence, qui regorge de ce type d'affaires. Selon l'homme de loi, la justice donne généralement gain de cause aux plaignants.

"Mais ces voisins ne sont jamais là", peste Corinne Fesseau, pour qui "les gens doivent tolérer les bruits des mouettes, des coqs, des cloches." Pétition, manifestation en ville, articles de presse... Coco a remué ciel et terre pour son coq. Mais elle a aussi fait quelques aménagements, isolant notamment son poulailler de la lumière, histoire retarder le réveil du coq. Un oiseau qui ne gène pas du tout Nicolas, autre voisin immédiat du poulailler : "on entend beaucoup plus les pompiers, ou les motos, et personne ne porte plainte !"

Un petit coq à l'entrée de la maison de Corinne Fesseau. Pour la chanteuse locale, "les gens doivent tolérer les mouettes, les coqs, les cloches", bref tout ce qui fait le caractère rural de l'île. - Radio France
Un petit coq à l'entrée de la maison de Corinne Fesseau. Pour la chanteuse locale, "les gens doivent tolérer les mouettes, les coqs, les cloches", bref tout ce qui fait le caractère rural de l'île. © Radio France - Julien Fleury

Le coq a perdu sa voix

Nicolas va écrire une attestation, en soutien à sa voisine Corinne Fesseau, et dit faire "confiance à la justice pour arrêter cette histoire." Cet ancien militaire assure : "Ce coq, je ne l'entends quasiment plus. Peut-être une fois dans la journée, et encore : il doit être 14h ou 15h." Car depuis six mois, Maurice ne chante quasiment plus. "Il est perturbé, promet Corinne Fesseau. C'est ce que m'a dit le vétérinaire. Maurice ne veut plus chanter !"

Perturbée, Corinne Fesseau l'est aussi. La chanteuse locale (la Piaf de l'île d'Oléron) assure que le stress lui a fait perdre sa propre voix durant trois mois en 2017. L'audience devant le tribunal d'instance de Rochefort, le 6 juin, sera peut-être l'occasion d'une conciliation. En cas d'échec de la négociation, les plaignants réclament 1.000 euros de dommages et intérêts, ainsi que le remboursement des frais engagés dans la procédure, et une astreinte de 100 euros par jour pour faire partir le coq Maurice.