Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ille-et-Vilaine : 26 bars mis en demeure après les débordements, une fermeture administrative à Rennes

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Suite aux débordements dans les bars lors du déconfinement du 19 mai, 26 établissements ont été mis en demeure à Rennes, Dinard et Saint-Malo. Un bar rennais est concerné par une fermeture administrative.

Les débordements rue de la soif avaient continué sur la place Sainte-Anne, où un "feu de joie" avait été allumé.
Les débordements rue de la soif avaient continué sur la place Sainte-Anne, où un "feu de joie" avait été allumé. © Radio France - Evan Lebastard

Le préfet Emmanuel Berthier avait promis des sanctions contre les bars n'ayant pas respecté les protocoles sanitaires lors du déconfinement du 19 mai. Vingt-six bars en Ille-et-Vilaine ont été mis en demeure, dont quatre ce samedi 22 mai, et un bar rennais, rue Saint-Michel, s'est vu notifier une fermeture administrative. 

Une majorité de bars rennais

Les mises en demeure concernent des établissements à Rennes, Dinard et Saint-Malo mais la majorité d'entre eux se situent dans le centre-ville rennais. Les débordements lors du déconfinement avaient provoqué de vives réactions. Plus de 300 personnes étaient encore présentes place Sainte-Anne à Rennes après le couvre-feu de 21 heures. La police avait du évacuer la place à l'aide de gaz lacrymogènes alors qu'un "feu de joie" avait été déclenché. Plus tôt, "la rue de la soif" était noire de monde, le protocole sanitaire, avec la distanciation sociale et la consommation assis à table, n'avait pas été respecté. 

Au lendemain des débordements, Emmanuel Berthier avait rappelé que "les regroupements non autorisés d'aujourd'hui sont les clusters de demain. Il serait désolant, au moment où nous levons progressivement les restrictions, de compromettre le retour à la vie normale." De son côté, la police prévoit de nouveaux contrôles dans les prochains jours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess