Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Ille-et-Vilaine : le procès du maçon accusé de 14 viols peut se poursuivre

-
Par , , France Bleu Armorique

A la suite du compte-rendu de l'expertise psychiatrique de l'accusé, les magistrats ont renoncé à reporter le procès de cette homme de 59 ans poursuivi pour viols et agressions sur des mineurs.

Une des salles d'audience de la Cour d'Assises de l'Ille-et-Vilaine à Rennes.
Une des salles d'audience de la Cour d'Assises de l'Ille-et-Vilaine à Rennes. © Radio France - Céline Guetaz

Rennes, France

Les juges de la Cour d'Assises d'Ille-et-Vilaine ont tranché. Ce vendredi 22 novembre, ils ont décidé de poursuivre le procès de ce maçon de 59 ans accusé de viol et d'agressions sexuelles sur 14 mineurs. Les magistrats avaient demandé une expertise psychiatrique de l'accusé après son hospitalisation au centre Guillaume Régnier de Rennes.

Pas d'effondrement psychique

Mardi, près d'une semaine après le début de son procès, l'artisan a craqué à la barre et reconnu les faits qui lui sont reprochés. Ces révélations n'ont pas arrangé son état psychologique mais selon les conclusions de l'expertise médicale, l'accusé ne subit aucun effondrement psychique. Ce dernier comprend les enjeux de son procès et réclame la suite de celui-ci. 

Avant la reprise des auditions des victimes, l'avocat de l'accusé, Me Bertrand Maillard s'est dit "étonné" de l'analyse psychiatrique, qui infirme une première expertise qui indiquait des tendances suicidaires chez l'homme de 59 ans. "Je confirme néanmoins que mon client souhaite la reprise de ce procès" a ajouté l'avocat.

Le procès a donc repris ce vendredi matin. Il va se poursuivre avec les auditions des victimes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu