Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Ille-et-Vilaine : un bébé régurgite un ver, ses parents pointent du doigt le lait en poudre

Fin novembre, un bébé de trois mois et demi a régurgité un ver près de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Les parents de la petite s'interrogent sur la qualité du lait qui nourrit leur enfant. Ils attendent des réponses de la part du fabricant Gallia.

Les parents s'interrogent sur la qualité du lait infantile donné à leur bébé.
Les parents s'interrogent sur la qualité du lait infantile donné à leur bébé. © Maxppp - Maxppp

Roz-Landrieux, France

C'est une histoire aussi répugnante qu'inquiétante qui s'est déroulée il y a une dizaine de jours près de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Fin novembre, un bébé de quatre mois a régurgité un ver et ses parents ne comprennent pas comment cela a pu arriver. Selon eux, ce ver ne peut provenir que du lait en poudre de la marque Gallia (Galliagest premimu de 0 à 6 mois) que leur petite boit au quotidien. Pour le moment, ils n'ont cependant aucun moyen de le prouver.

Tout commence au début du mois de novembre lorsque Ylonna, trois mois et demi, fait une forte poussée de fièvre. "Ma fille s'est réveillée en pleine nuit un samedi soir. Elle avait 41°C. Je l'ai emmenée à l'hôpital. Le pédiatre a pensé que c'était viral. Trois jours plus tard elle était à 35°C. Ylonna ne refusait ses biberons et ce n'était pas normal. Nous avons eu un traitement mais au bout de quelques jours ça ne s'était pas amélioré," raconte Elodie, la maman d'Ylonna.

Le ver retrouvé sur le bavoir de la petite

Le 18 novembre, lorsqu'elle arrive chez la nourrice de sa fille, tout s'accélère. "Elle m'a montré une bestiole retrouvée sur le bavoir de ma fille. A la loupe on voyait qu'elle bougeait encore. La nourrice m'a raconté que la petite était agitée. Elle l'a prise dos à elle et quand elle l'a retournée elle a vu cette bestiole sur son bavoir, longue d'une dizaine de centimètres et qui gigotait dans tous les sens. "

Le premier médecin qui va observer Ylonna assure que ce ver ne vient pas du corps humain. "J'étais affolée, je ne comprenais pas. Son confrère a pensé à une larve et il a confirmé que ce n'était pas humain." Des analyses sont donc lancées. "Il n'y avait rien de suspect dans ses selles, rien à l’échographie, rien de suspect dans le lait, mais nous attendons encore l'analyse de la larve," explique cette jeune trentenaire mère de trois enfants. 

Quatre autres couples concernés par cette situation

Un article réalisé par France Bleu lui met la puce à l'oreille. "J'ai vu l'histoire de ces parents originaires de Landes qui ont retrouvé un ver dans le biberon dans leur bébé. Je suis entré en contact avec eux et ils ont eux-mêmes eu trois contacts de parents confrontés à des cas similaires. C'est inquiétant en si peu de temps. On veut comprendre. Si il y a un problème chez Gallia il faut le régler pour que ça n'arrive pas à d'autres familles," confie Elodie, encore très émue et affectée par ce qu'elle vient de vivre. 

Le couple breton n'a pas encore cherché à entrer en contact avec les laboratoires Gallia, mais il devrait s'assurer les services d'une avocate pour peser auprès de la marque. "Je ne veux pas d'argent, je veux des réponses et pour cela on va peut-être devoir s'unir pour avoir un écho et réaliser les analyses nécessaires," conclut la jeune maman. 

L'entreprise Gallia répond

De son côté, Marion Vitupier, responsable de la communication extérieure chez Gallia assure "qu'il est impossible qu'un ver se soit introduit sur la chaîne de production car nous travaillons en circuit fermé. Le lait est mis en boîte dans une atmosphère modifiée qui contient moins de 2% d'oxygène et qui empêche toute vie. S'il y a eu un problème c'est lors du stockage, mais il faudrait nous transmettre les boîtes afin que l'on puisse faire les investigations nécessaires."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu