Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ils avaient frappé les gendarmes venus les séparer : trois Ludois condamnés

-
Par , France Bleu Maine

L'histoire avait commencé par une dispute familiale sur fond d'alcool, elle a mené trois Ludois devant le tribunal correctionnel du Mans qui les a condamnés, ce lundi, pour des coups, des injures et des menaces envers les gendarmes venus les séparer.

gendarmes illustration
gendarmes illustration © Radio France - photo Mohand Chibani

"C'était une mêlée comme chien et chat", reconnaît l'un des accusés devant le tribunal. Ce vendredi 23 octobre, en fin d'après-midi, un Ludois de 41 ans venait de frapper sa mère qui tentait de le dissuader de prendre la route, ivre, avec sa compagne enceinte. Son frère de 33 ans puis son père, rejoint sur son lieu de travail tout proche, n'avaient pas bu. Mais il avaient les nerfs à vif,  ainsi ont-ils expliqué à l'audience leur violente empoignade. D'abord entre eux, mais ensuite avec les trois gendarmes.

"Les gendarmes n'ont pas été accueillis comme il se doit"

Ils reconnaissent des violences et des insultes à l'égard des gendarmes : "ce jour-là, j'ai été impulsif", assume le père, 57 ans, employé communal. Il n'avait jamais comparu devant la justice. Ses deux fils oui : l'un pour des délits routiers, l'autre pour des violences et, déjà, des outrages à agent, souvent sous l'effet de l'alcool. Ce jour-là il dépassait le double du taux légal et a menacé de mort un militaire.

"Les gendarmes étaient là pour porter secours", rappelle leur avocate, maître Fourrier, "ils n'ont pas été accueillis comme il se doit", résume la procureure dans une litote. Le parquet a bien insisté pour qu'une peine ferme soit prononcée contre les trois hommes. Le tribunal l'a suivi : l'homme à l'origine de la bagarre reste en prison pour huit mois. Son père et son frère seront placés sous bracelet électronique pendant respectivement deux et quatre mois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess