Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ils avaient kidnappé un autostoppeur breton à Toulouse et écopent d'un an et 18 mois de prison ferme

vendredi 27 juillet 2018 à 9:50 Par Charlotte Lalanne-Labeyrie, France Bleu Occitanie et France Bleu Vaucluse

Le tribunal correctionnel d'Avignon a condamné ce jeudi Medhi Mamèche et Abdelkader Kettaf pour avoir enlevé un jeune kayakiste breton à Toulouse le soir de la fête de la musique, et l'avoir forcé à les suivre jusqu'à Avignon. Jusqu'à un an et demi de prison ferme pour les deux jeunes Avignonnais.

Maître Lemaire, avocat d'Abdelkader Kettaf et Maître Miot, conseil de Medhi Mamèche
Maître Lemaire, avocat d'Abdelkader Kettaf et Maître Miot, conseil de Medhi Mamèche © Radio France - Charlotte Lalanne

Avignon, France

Un an et demi de prison ferme pour l'un, un an pour son complice. Le tribunal correctionnel d'Avignon a condamné jeudi Medhi Mamèche et Abdelkader Kettaf, notamment pour enlèvement et séquestration. Les deux jeunes hommes de 19 et 22 ans avaient retenu en otage un auto-stoppeur sur la route de Toulouse à Avignon, le soir de la fête de la musique.

"Si les faits n'étaient pas aussi graves, les multiples changements de versions pourraient porter à sourire", entame la procureure de la République. "Vous me croyez ou pas, je m'en fous !", s'emporte le premier prévenu Medhi Mamèche. Le jeune homme de 19 ans, poings serrés, nie avoir intimidé l’auto-stoppeur avec une arme, tout juste a-t-il saisi le pistolet. La séquestration, pas sa décision : "C'est Abdelkader qui roulait, moi j'ai mis de la musique et je dormais, je m'en foutais de l'autre !" "C'est pourtant bien vous qui lui avez volé son téléphone ?", demande la présidente. "Je l'ai pris et mis dans la boîte à gants", rectifie l'accusé. Pendant l'audience, il a reconnu avoir volé un téléphone à une autre victime un peu plus tôt dans la soirée.

À ses côtés dans le box, Abdelkader Kettaf, chemise blanche, fait profil bas. Au volant cette nuit là, il reconnait avoir changé de direction, regrette, s'excuse, "mais jamais je n'ai touché d'arme" insiste-t-il. Qui de Mamèche ou Kettaf a mené cet épisode infernal ? "Nous deux" répond Kettaf. Certainement pas Mamèche, "il a le QI d'un enfant de 9 ans", répond son avocate, convaincue de l’irresponsabilité de son client. Un avis démenti par l'expertise psychiatrique. 

Les deux hommes, en détention provisoire, ont été incarcérés à l'issue de l'audience.

Leur victime, Malo Quémeneur, champion de France de kayak junior, n'était pas présente au procès. Son avocat l'a décrit comme un jeune homme traumatisé par son agression, en proie à des angoisses et à des troubles du sommeil.