Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ils avaient vendu du « cannabis light » à Reims : relaxe confirmée en appel pour un buraliste et sa fille

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La Cour d’appel de Reims a confirmé ce mercredi le jugement rendu en première instance par le tribunal correctionnel : le patron d’un café-bar-tabac et sa fille sont relaxés. Ils étaient poursuivis pour avoir vendu des produits à base de cannabis, mais légaux.

Illustration
Illustration © Maxppp - Stefani Guidi

Reims, France

Relaxe confirmée par la Cour d’appel pour deux commerçants du centre-ville de Reims : le gérant d’un café-bar-tabac et sa fille, salariée, étaient poursuivis pour infraction à la législation sur les stupéfiants. Il leur était reproché d’avoir surfé sur la mode, au printemps dernier, du « cannabis light »

Plusieurs commerces, en France, proposaient à la vente différents produits contenant du. Ces produits ne devaient pas dépasser la barre des 0,2% de THC, la molécule active du cannabis.  Pendant les  audiences, les prévenus avaient expliqué que, s’ils avaient bien voulu gagner de l’argent, ils étaient persuadés de la légalité de ces produits. Lors du procès en correctionnelle, le parquet avait requis de la prison avec sursis pour le patron du bar, et trois ans d’interdiction d’exercer son métier. 

Une autre affaire rémoise, celle de la boutique «  Herb secrets » qui n’était restée ouverte qu’une seule journée en juillet 2018, fera l’objet d’un autre procès. Ce sera en juin devant le tribunal correctionnel.