Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ils écumaient les vignobles de Bordeaux avec des chèques en bois

-
Par , France Bleu Gironde

Trois membres d'une même famille de Coutras au nord de Libourne, dorment en prison à Gradignan depuis leur arrestation la semaine dernière. Ils ont escroqué plusieurs châteaux et caves de Bordeaux pour un préjudice d'au moins 70.000 euros.

Bouteilles de vin (illustration)
Bouteilles de vin (illustration) © Maxppp

Les trois escrocs sont en prison à la maison d'arrêt de Gradignan depuis la semaine dernière dans cette affaire d'escroquerie aux chèques en bois dans plusieurs vignobles et châteaux de Bordeaux. L'affaire a démarré mi-mars dans l'appellation des Graves et elle a tourné court, à Portets, pour les malfrats. Le préjudice est évalué à au moins 70.000 euros mais les investigations se poursuivent. Une information judiciaire a été ouverte pour tenter de retrouver d'autres victimes .

C'est un couple âgé de 43 et 47 ans , et un autre homme de 27 ans , issu de la même famille qui procédaient de la même manière dans chaque vignoble du Bordelais visité, dans l'appellation des Graves et le Langonnais en particulier. Ils avaient un mariage à célébrer ou bien une grosse fête à organiser, et il leur fallait le meilleur. Ils ne goûtaient jamais le vin et présentaient leur carte d'identité au moment de régler par chèque. Des chèques systématiquement rejetés.

Leur lucratif petit manège (puisqu'ils revendaient aussitôt la marchandise) a pris fin à Portetsoù une employée du Château de l'Hospital s'est méfiée , après les mises en gardes diffuséespar les gendarmes de Podensac et Langon et le syndicat viticole des Graves. Elle a demandé aux escrocs de repasser quelques heures après leur premier passage. Et les enquêteurs ont débarqué pour les cueillir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess