Faits divers – Justice

Ils louent un Airbnb chez un néo-nazi et voient débarquer la police

Par Anne-Natacha Bouillon, France Bleu Roussillon et France Bleu samedi 1 octobre 2016 à 19:30

Objets nazis (illustration)
Objets nazis (illustration) © Maxppp -

Un couple de Français s'est inscrit sur le site Airbnb pour trouver une maison en location pas chère en Espagne. Alors qu'il s'installe et commence à prendre ses aises cet été, une armada de policiers débarque.

Méfiez-vous quand vous louez un appartement ou une maison via Airbnb. On ne sait pas sur qui on tombe. Des habitant de Saint-Nazaire en Loire-Atlantique en ont fait les frais cet été.

Un couple de Français a décidé de partir en Catalogne espagnole cet été. Tranquille au soleil, il a loué une maison appartement à Vilalba Sasserra, à une soixantaine de kilomètres au nord de Barcelone. Soudain, l'homme a été mis en joue par une armada de policiers, les Mossos d'esquadra. C'était le 8 juillet. Pour Anne-Sophie Guillonnet cette scène restera marquée à vie dans sa mémoire.

"Mon conjoint prenait son petit déjeuner sur la terrasse et au dessus du portillon, il voit un homme cagoulé, fusil d'assaut braqué sur lui. Sur le coup il ne sait pas que c'est la police."

Leur hôte, qui se faisait appeler Rex sur l'annonce de Airbnb, leur avait fait visiter furtivement sa maison, avant de partir un peu précipitamment. Auparavant, il avait fermé à clé quatre pièces.

"Les policiers ont demandé l'autorisation de perquisitionner. Ils ont défoncé les quatre portes fermées à clé et récupéré des documents."

Les policiers recherchent activement le propriétaire. C'est un néo-nazi. Anne-Sophie Guillonnet ne l'a su qu'en rentrant chez elle à Saint-Nazaire.

"Je raconte l'anecdote à un ami, et il me dit que c'est le chef du réseau nazi espagnol, qu'il a fait beaucoup d'ouvrages sur le négationnisme, il a fait sa propre édition de Mein Kampf en catalan."

Après coup, cela fait un peu peur avoue la jeune femme. C'est incroyable qu'il n'y ait pas plus de contrôle sur ce genre de site.

"J'ai proposé ma maison en location. Ils ne m'ont même pas demandé ma carte d'identité !"

Anne-Sophie Guillonnet raconte sa mésaventure

Après ses déboires chez l'un des chefs néo-nazis espagnols, Anne-Sophie Guillonnet a prévenu Airbnb. L'annonce de la location pour la villa de Rex a été retirée. En revanche, pas de geste du site pour le préjudice subi. C'est trop tard : le délai de 24 heures a expiré.

Le fameux propriétaire est retourné en prison. il a déjà été condamné et incarcéré pour apologie de l'Holocauste.

Partager sur :