Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Charente-Maritime : ils enquêtent sous l'eau

jeudi 7 septembre 2017 à 11:42 Par Marie-Laurence Dalle, France Bleu La Rochelle

Leurs homologues mènent actuellement les recherches pour trouver la petite Maëlys en Isère : en Charente-Maritime, les gendarmes de la brigade nautique sont les seuls à pouvoir faire des recherches et des prélèvements sous l'eau. Ils sont basés à La Rochelle et Royan.

Prélèvement d'ADN sous l'eau par un gendarme-plongeur de la brigade nautique de Charente-Maritime
Prélèvement d'ADN sous l'eau par un gendarme-plongeur de la brigade nautique de Charente-Maritime - Gendarmerie nationale, brigade nautique de Charente-Maritime

La Rochelle, France

Dans les feuilletons télé (et la vraie vie parfois), les meurtriers jettent à l'eau l'arme du crime pour faire disparaître les preuves. C'est inutile : les gendarmes de la communauté de Brigade nautique à La Rochelle et Royan sont capables de relever des empreintes ou de faire des prélèvements ADN sous l'eau. Le plus souvent, ils doivent chercher une arme, un corps ou un véhicule dans un milieu opaque (on ne voit quasiment rien sous l'eau).

Ils mènent ces investigations dans le cadre d'une enquête judiciaire : "les plongeurs de la gendarmerie sont capables de donner un résultat fiable à 100%. Nous venons pour essayer de faire progresser l'enquête... ouvrir ou fermer des portes", explique l'adjudant-chef Christophe Laferrière qui commande la Brigade nautique de la gendarmerie de Charente-Maritime."On ne voit strictement rien, tout se fait au toucher. On ne veut pas passer à côté de l'objet parce qu'une fois qu'on sera passé on dira que cette zone est faite."

Des techniques de recherches sous l'eau spécifiques à la gendarmerie

Recherche par carroyage (technique de quadrillage) : les plongeurs de la brigade nautique ont découvert une arme et prennent les mesures - Aucun(e)
Recherche par carroyage (technique de quadrillage) : les plongeurs de la brigade nautique ont découvert une arme et prennent les mesures - Gendarmerie nationale, brigade nautique de Charente-Maritime

Sous l'eau, la visibilité est peu importante. Pour retrouver une arme par exemple, les plongeurs ont le choix entre plusieurs techniques, dont celle du carroyage. La zone est quadrillée et chaque carré est méthodiquement fouillé à la main. Une fois la zone "clarifiée" le quadrillage est déplacé. La mission des plongeurs de la brigade nautique est de retrouver l'objet ou de pouvoir certifié qu'il ne se trouve pas à cet endroit là.

Les gendarmes disposent des mêmes outils que sur terre (en version sous-marine) : caméras, appareils photos, écouvillons pour faire des prélèvements. Dès qu'un objet est découvert (ou un corps, ou un véhicule) : tout est systématiquement relevé sur la "scène de crime". Les gendarmes disposent de plaquettes immergeables sur lesquelles ils peuvent écrire.

Les gendarmes peuvent notifier leurs constatations par écrit sous l'eau  - Aucun(e)
Les gendarmes peuvent notifier leurs constatations par écrit sous l'eau - Gendarmerie nationale, brigade nautique de Charente-Maritime
Dans leur "alvéole" à la gendarmerie de Lagord, les plongeurs de la brigade nautique disposent du matériel nécessaire aux recherches et aux constatations  - Radio France
Dans leur "alvéole" à la gendarmerie de Lagord, les plongeurs de la brigade nautique disposent du matériel nécessaire aux recherches et aux constatations © Radio France - Marie-Laurence Dalle

L'autre mission de la brigade nautique de la gendarmerie est de mener des contrôles en mer

Les recherches sous-marines représentent la moitié de l'activité de la Brigade nautique de la gendarmerie en Charente-Maritime sur l'année. Mais les gendarmes-plongeurs ont aussi une autre mission : mener des contrôles en mer. Ces contrôles ont lieu le plus souvent l'été.

L'hiver, ils se concentrent sur les professionnels : ostréiculteurs, pêcheurs, et vols d’huîtres à l'approche des fêtes de fin d'année. Il s'agit le plus souvent d'opération de sensibilisation et d'information : "en mer il y a très peu de gens qui fraudent, 98% de nos contrôles se terminent sans infraction", révèle l'adjudant-chef Christophe Laferrière.

Depuis l'instauration de l'état d'urgence, les gendarmes nautiques multiplient les patrouilles de sécurité en mer lors d’événements important (feu d'artifice du 14 juillet, festival Violon sur le Sable) pour éviter qu'une attaque ait lieu à partir de l'eau.

La communauté de brigade nautique de Charente-Maritime est composée de 10 sous officiers : cinq sont positionnés à La Rochelle, cinq à Royan. Quatre hommes sont en permanence plongée 7 jours sur 7.

Reportage : avec la brigade nautique de gendarmerie de Charente-Maritime

Contrôle d'un plaisancier pêcheur à proximité de l'ancien embarcadère sur l'Ile de Ré  - Radio France
Contrôle d'un plaisancier pêcheur à proximité de l'ancien embarcadère sur l'Ile de Ré © Radio France - Marie-Laurence Dalle
Des gendarmes nautiques en mission de contrôle en mer (à proximité de l'Ile de Ré) - Radio France
Des gendarmes nautiques en mission de contrôle en mer (à proximité de l'Ile de Ré) © Radio France - Marie-Laurence Dalle