Faits divers – Justice

"Ils ont essayé de me tirer dessus, deux fois, ça n'a pas fonctionné"

Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault lundi 30 janvier 2017 à 16:46

"Ils étaient là pour braquer la caisse, mais je ne leur ai pas laissé le temps"
"Ils étaient là pour braquer la caisse, mais je ne leur ai pas laissé le temps" © Radio France - Marie Ciavatti

Un buraliste a mis deux braqueurs en fuite samedi soir à Montpellier. Les deux hommes armés ont tenté de s'emparer de la caisse à l'heure de la fermeture. Le gérant les a mis dehors à deux reprises. Il a été blessé au visage, et souffre de contusions au bras et aux cervicales.

Il est 20h30 samedi. Le bar tabac du Rond Point Richter, près de l'Hôtel de région à Montpellier, est sur le point de tirer le rideau, quand deux hommes vêtus de noir, cagoulés, armés d'un fusil à pompe entrent dans la boutique. Ils n'ont pas eu le temps de réclamer la caisse, le gérant s'est interposé et les a mis en fuite.

Ils étaient trois à l'intérieur de la boutique à cette heure là: le buraliste, sa femme et une employée. Ils rechargent les linéaires de cigarettes, dos à l'entrée au moment où les braqueurs entrent. "On ne les a pas vus arriver. Ils n'ont pas eu le temps de parler. Je ne leur ai pas laissé le temps de parler. J'ai tout de suite réagi, raconte Jacques Chalembel. J'ai réussi à les repousser dehors (...). J'ai dû les déstabiliser quand j'ai réagi de cette façon là. Ils ont essayé de me tirer dessus, ça n'a pas fonctionné heureusement". Un geste "un petit peu fou, mais je ne conçois pas qu'on puisse se laisser dépouiller sans réagir".

"Je ne leur ai pas laissé le temps de parler". Jacques Chalembel au micro de France Bleu Hérault

Sa femme, derrière le comptoir, a tenté d'activer une bombe lacrymogène, en vain. Elle et l'employée sont indemnes. Jacques Chalambel en revanche a reçu un coup de crosse dans l'arcade. Il a plusieurs points de suture au visage, un oeil tuméfié, des hématomes au bras notamment et des douleurs aux cervicales. Il a passé trois heures aux urgences samedi soir, avant de reprendre le travail le lendemain matin "parce qu'il faut bien travailler".

Il tient ce tabac depuis 15 ans. Il n'avait jamais été braqué. Son système de vidéosurveillance a filmé toute la scène. On voit les deux hommes attendre dans l'ombre sur le parking, le départ des derniers clients. Et le duo qui entre à 20h34.

La vidéo surveillance a enregistré toute la scène

Il a porté plainte dimanche après-midi. Le SRPJ de Montpellier est chargé de l'enquête.