Faits divers – Justice

Trente mois de prison pour le meneur d'une bande qui a semé la terreur à Saint-Cyprien

Par Stéfane Pocher, France Bleu Roussillon et France Bleu mardi 24 janvier 2017 à 10:28

Tribunal de Perpignan
Tribunal de Perpignan © Radio France - Anne-Natacha Bouillon

Quatre jeunes hommes de 19 à 27 ans étaient jugés en comparution immédiate ce lundi au tribunal correctionnel de Perpignan. Ils étaient en détention provisoire depuis quarante jours. Le meneur de la bande est condamné à 30 mois de prison.

Les quatre jeunes ont été interpellés le 13 décembre 2016. Ils comparaissaient ce lundi devant le tribunal correctionnel de Perpignan, pour une quinzaine de vols (téléphones portables, matériel informatique et hifi, vélos), vols en réunion, parfois avec violence, ou encore agression et dégradation de véhicules.

Les faits reprochés se sont produits d’octobre à décembre 2016. Deux autres personnes étaient aussi poursuivies, notamment pour recel et complicité.

La peine la plus lourde, trente mois de prison ferme, revient au plus âgé d’entre eux, multirécidiviste et déjà condamné à 16 reprises. Malgré son âge, ce jeune a déjà passé cinq années derrière les barreaux notamment pour violence et agression sexuelle dans le sud-est de la France.

Il a fui Draguignan où il vivait avec sa famille, pour s’installer à Saint-Cyprien. Sa compagne, maman d'un enfant de trois ans, déjà condamnée pour outrage, comparaissait libre pour recel. Elle devra effectuer 140 heures d’intérêt général.

C'est à Saint-Cyprien, qu'ils ont fait connaissance du reste de la bande. Lui est considéré comme le meneur de la troupe. Les cambriolages étaient réalisés pour leur consommation de drogue et d’alcool, des agressions juste pour s’amuser avec des tasers, des bombes lacrymogènes.

Un déchaînement de violence

"Pourquoi tant de violence ? demande le Président du tribunal. "On n’a pas envie de vous croiser dans la rue. Vous rendez-vous compte de ce que vous avez fait. Et des peines encourues ?"

Visiblement non. "Ce sont des apprentis criminels" dixit le procureur. Ce qui s’est passé à Saint-Cyprien ressemble à des attaques de meutes.

Les quatre jeunes en détention ont reconnu les faits à des degrés bien différents, s’accusant les uns les autres. Ils ont exprimé des regrets à la barre. Trois d’entre eux restent en prison. Du sursis pour les autres, en raison de leur implication à des degrés divers. Par ailleurs, deux mineurs sont aussi concernés par les faits, mais ils n’étaient pas au tribunal lundi.