Faits divers – Justice

Ils rackettaient des lycéens de Canet : 8 mois et un an de prison ferme

Par Marie Rouarch, France Bleu Roussillon mardi 22 avril 2014 à 19:18

Tribunal de Perpignan - palais de justice
Tribunal de Perpignan - palais de justice © MaxPPP

Deux jeunes Perpignanais de 18 et 19 ans ont été condamnés ce mardi, respectivement à huit mois et un an de prison ferme. Les 18 et 25 mars derniers, ils ont agressé cinq élèves du lycée Rosa Luxemburg et leur ont volé portables et argent liquide. Les victimes ont été menacées d'un couteau et frappées, pour certaines.

Deux jeunes Perpignanais de 18 et 19 ans comparaissaient ce mardi devant le tribunal correctionnel de Perpignan. Ils étaient jugés pour avoir racketté cinq élèves du lycée Rosa Luxemburg de Canet-en-Roussillon, les 18 et 25 mars derniers. Leur butin : des téléphones portables et quelques euros obtenus sous la menace d'une arme. Certaines victimes ont également été frappées.

Le 18 mars dernier, un des prévenus aborde, seul, deux lycéens qui attendent le bus. Il leur réclame leurs portables. Croyant à une blague, les deux garçons résistent. Mais sous les coups et sous la menace d'un couteau de cuisine, ils cèdent finalement. Une semaine plus tard, l'agresseur revient aux abords du lycée, avec un ami cette fois, et s'en prend à trois autres élèves qui seront, eux aussi, menacés, insultés, frappés et dépouillés de leurs téléphones. Des actes d'une extrême violence qui ne sont pas sans conséquence psychologique sur les victimes, cinq lycéens âgés de 15 à 18 ans. La police municipale et la gendarmerie, rapidement alertées, ne mettront pas longtemps à interpeller les deux suspects, ce jour-là.

Extorsion Canet - enro

"Je n'ai pas réfléchi. J'ai fait une connerie"

Devant le tribunal, les deux prévenus ont visiblement du mal à reconnaître la gravité des faits qui leur sont reprochés. "J'ai fait une connerie" lance l'un. "Une bêtise" , avoue l'autre. "Un délit, voire un crime !" , corrige immédiatement le Président. "Extorsion sous la menace d'une arme, c'est 7 ans de prison !" , rappelle-t-il. "Votre condamnation devra être exemplaire , déclare ensuite le Procureur au tribunal. Il faut leur montrer que ce genre de comportement, ça ne rapporte pas que de l'argent facile, ça rapporte aussi de la prison" . Il réclame huit mois de prison ferme à l'encontre de ces deux jeunes, tout juste majeurs, et dont l'un est scolarisé en terminale scientifique au lycée Arago de Perpignan.

Quelques minutes plus tard, le jugement tombe sur des prévenus muets de stupéfaction : huit mois de prison ferme pour l'un, un an ferme pour le second. Mais ces peines sont aménageables par le juge d'application des peines, ils ne devraient pas les purger intégralement en prison. "Une dernière chance" laissée par le tribunal. Les deux jeunes hommes sont ressortis libres du tribunal.

Maître Joël Justafré : "c'est un véritable choc" pour les victimes