Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Imam fiché S à la prison de Borgo : l'administration pénitentiaire contre-attaque

vendredi 10 novembre 2017 à 19:22 Par Maxime Becmeur et Pierre-Louis Sardi, France Bleu RCFM

Lamrani Elhouabi devra encore attendre plusieurs mois pour savoir s'il peut ou non à nouveau rendre visite aux détenus de confession musulmane à la maison d'arrêt de Borgo (Haute-Corse). Plusieurs rumeurs de radicalisation pesaient sur cet imam fiché S.

L'administration pénitentiaire contre-attaque dans le différend qui l'oppose à Lamrani Elhouabi, l'imam visiteur de prison à Borgo (Haute-Corse).
L'administration pénitentiaire contre-attaque dans le différend qui l'oppose à Lamrani Elhouabi, l'imam visiteur de prison à Borgo (Haute-Corse). © Maxppp - France Bleu RCFM

Corse, France

L'administration pénitentiaire contre-attaque dans le différend qui l'oppose à Lamrani Elhouabi. En septembre dernier, elle avait retiré à cet imam l'agrément lui permettant de rendre visite aux détenus de confession musulmane à la maison d'arrêt de Borgo (Haute-Corse).

L'aumônier avait alors saisi le tribunal administratif de Bastia. Faute d'éléments suffisants, la juridiction avait demandé à l'administration pénitentiaire de motiver sa décision, sinon de la réviser. Mais le 3 novembre dernier, celle-ci a fait appel de cette demande. Un appel suspensif. Il oblige donc Lamrani Elhouabi d'attendre une nouvelle audience ,dans plusieurs mois, avant d'être fixé.

L'avocat de l'imam, Me Stephen Guez-Guez, y voit là une manœuvre dilatoire. "On peut se poser la question de savoir si l'administration pénitentiaire a des raisons sérieuses de s'opposer à la réintégration de mon client dans les prisons, avance-t-il. On constate qu'elle n'a pas fait le choix de présenter de nouveaux motifs, c'est à se demander s'il en existe dans ce dossier. La procédure risque de traîner. On aurait espéré avoir une décision définitive maintenant, pour savoir si les visites aux prisonniers seront à nouveau permises."

Me Stephen Guez-Guez, avocat de l'imam bastiais Lamrani Elhouabi.