Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Immeubles effondrés à Marseille

VIDÉOS - Immeubles effondrés à Marseille : un sixième corps retrouvé sous les décombres

mercredi 7 novembre 2018 à 7:21 - Mis à jour le mercredi 7 novembre 2018 à 18:14 Par Isabelle Lassalle et Géraldine Houdayer, France Bleu Provence et France Bleu

Le corps d'une sixième victime a été découvert, ce mercredi, sous les décombres des trois immeubles qui se sont écroulés lundi à Marseille. Trois personnes pourraient encore être sous les gravats, alors que les chances de retrouver des survivants s'amenuisent.

Les secours continuent de rechercher des victimes dans les décombres.
Les secours continuent de rechercher des victimes dans les décombres. © Maxppp -

Marseille, France

Le procureur Xavier Tarabeux a annoncé que le corps d'une sixième victime, un homme, a été découvert ce mercredi sous les décombres des trois immeubles vétustes qui se sont effondrés lundi dans le centre de Marseille. Les corps de trois hommes et de deux femmes avaient déjà été retrouvés par les secours mardi et mercredi matin dans les ruines de ces immeubles du quartier très populaire de Noailles. Trois des victimes ont été identifiées comme étant des locataires du 65 rue d'Aubagne. Parmi les trois immeubles écroulés, c'était le seul officiellement habité au moment de la catastrophe.

"Très, très vraisemblablement cinq personnes", ainsi que "trois visiteurs", se trouvaient dans ce bâtiment a indiqué le procureur de Marseille. Si ces victimes figurent parmi les disparus, encore deux personnes pourraient donc se trouver sous les décombres.

"Les causes de l'effondrement des immeubles ne sont pas établies", Xavier Tarabeux

En fin d'après-midi, le procureur de Marseille a donné une conférence de presse au cours de laquelle il a indiqué qu' "à ce stade, les causes de l'effondrement des immeubles ne sont pas établies" et qu' "en l'état, il est prématuré d'imputer des responsabilités pénales". Il a ajouté, "on ignore lequel des deux immeubles a entraîné l'effondrement", en rappelant que les deux bâtiments dataient de la fin du XVIIIe siècle.

"Les enquêteurs ont pu recueillir des témoignages selon lesquels l'immeuble situé au numéro 65 avait bougé avant son éboulement". Le magistrat a également ajouté qu'une locataire avait appelé les "pompiers dans la nuit pour signaler l'augmentation d'une fissure qu'elle avait observé dans son appartement". Elle avait finalement rappelé pour leur dire "qu'il n'était pas nécessaire qu'ils interviennent".

La crainte d'un "effet domino"

Les secouristes craignent "un effet domino" dramatique rue d'Aubagne, une rue en pente "où les immeubles sont appuyés les uns sur les autres, en épi" comme l'avait précisé dès mardi matin l'un des marins-pompiers de Marseille. À quelques centaines de mètres de la rue d'Aubagne, un immeuble a été partiellement évacué à l'angle des rues Pythéas et Beauvau.

Une recherche "compliquée, parce que la situation est dangereuse"

Il y a "peu de chance que l'on puisse trouver des poches de survie", avait prévenu dès lundi soir le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. L'effondrement du troisième immeuble, au 67 de la rue, en fin d'après-midi lundi, ayant écrasé les gravats du matin. Dès la catastrophe, les autorités avaient annoncé que les recherches pourraient durer plusieurs jours, les décombres qui se sont entassés ont atteint jusqu'à 15 mètres de haut.

Un responsable des pompiers a expliqué à franceinfo que l'opération de secours pour rechercher des victimes est "compliquée parce qu'elle se fait dans une situation dangereuse". Les immeubles des numéros 63, 65 et 67 se sont effondrés, à côté, les bâtiments des numéros 61 et 69 sont encore debout, mais très fragilisés.

"Les architectes compétents ont expliqué mardi que ces deux immeubles eux-mêmes menaçaient de tomber tout ou partie. Et effectivement, c'est ce qui s'est passé cette nuit pour un bloc, uniquement un bloc en pierre de taille du 69, un bloc de deux à trois mètres de haut qui est tombé brutalement vers 1 heure du matin".

  - Visactu
© Visactu