Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Impasse financière pour le zoo d’Amnéville malgré une année record

jeudi 31 décembre 2015 à 18:20 Par Rachel Noël, France Bleu Lorraine Nord

Le zoo d'Amnéville dans une situation financière difficile. Malgré une fréquentation record, il a un trou de 4 millions et demi d’euros de trésorerie. Trois de ses 12 banquiers refusent de rééchelonner ses dettes.

Spectacle "Tiger word" du zoo d'Amnéville
Spectacle "Tiger word" du zoo d'Amnéville © Radio France - Armelle Balogog

Amnéville, France

.L**e zoo d'Amnéville en Moselle dans une situation financière difficile. Malgré une fréquentation record, il a un trou de 4 millions et demi d’euros de trésorerie**. Trois de ses 12 banquiers refusent de rééchelonner ses dettes.

Une année record pour le zoo

En inaugurant son nouveau spectacle de tigres « Tiger World », le zoo d’Amnéville a connu une année exceptionnelle. Il a battu son record de fréquentation qui datait de 2012 avec plus de 631 000 entrées payantes. C’est 11 % de plus par rapport à 2014. Le chiffre d’affaires est également en hausse et atteint  18,2 millions d’euros pour 2015, soit prés de 2 millions d’euros de bénéfice net. Et pourtant, il est sous la menace d'un redressement judiciaire. Une partie de ses banquiers refuse de rééchelonner ses dettes.

Une minorité de banquiers qui bloquent tout

Et ce qui manque dans les caisses du zoo, ce sont 4 millions et demi d'euros, de trésorerie, dû au surcoût de Tiger World. Une goutte d'eau comparée aux 20 millions investis. Ce calcul Michel Louis l'a fait depuis le printemps. il a demandé à rééchelonner ses dettes sur 10 ans au lieu de 7. Mais fin aout, sur les 12 banques du pool, 3 refuse la restructurations proposée. Depuis un mandataire a été nommé mais si aucun accord n'est trouvé d'ici mi janvier, il faudra s'orienter vers un redressement judiciaire. Mais Michel Louis, le directeur du zoo est serein : "Ca ne sert à rien de s'énerver. Quelque soit l'issue, un accord in extremis avec les banques ou un redressement judiciaire, la situation est la plus saine depuis 30 ans et les salariés ne sont pas menacés. Mettre 12 banques d'accord c'est totalement impossible et il n'y a pas que moi qui trouve cette situation débile. Si ça avait été fait à la majorité, ça aurait été réglé depuis longtemps".

Le bénéfice net du zoo est estimé à un peu plus de 2 millions d'euros pour cette année 2015.