Faits divers – Justice

Impressionnant braquage d'un collectionneur de vins dans les Deux-Sèvres

Par Giraud William, France Bleu Poitou vendredi 20 juin 2014 à 15:17

Ils sont venus pour voler le vin.
Ils sont venus pour voler le vin. © Fotolia.com - © sanchez schmitt/Fotolia.com

Michel-Jack Chasseuil, propriétaire de l'une des plus belles caves particulières de la planète, a été attaqué et séquestré chez lui ce jeudi par un commando armé à la Chapelle-Bâton, entre Niort et Parthenay. Son témoignage est édifiant.

Michel-Jack Chasseuil, 72 ans, reçoit ce jeudi matin, à 7h30, la visite d'un livreur devant chez lui. Il est en pyjama. Il signe un bordereau. Puis la porte du fourgon s'ouvre. Un homme cagoulé brandit une kalachnikov : "Si tu cries, t'es mort " . Au total, ils sont six assaillants. Ils entraînent le collectionneur chez lui, le séquestrent.

"Où est ton coffre ?"

S'en suit un interrogatoire musclé pour accéder à la cave où se trouve plus de 40.000 bouteilles de prestige. La victime ne craque pas. Il explique : "la clé est au coffre dans une banque à Niort " . Puis il est enfermé dans une pièce. C'est là, une fois que les malfaiteurs semblent éloignés, qu'il en profite pour se libérer et prendre la fuite jusque chez son voisin, d'où il prévient les gendarmes. Pour s'échapper, il a "trouvé une énergie débordante, de survie " . Il s'est dit : "Si je réussis dans les dix minutes, c'est bon. Si je ne réussis pas, je ne sais pas ce qu'il va m'arriver. "

"Si tu cries, t'es mort", un des braqueurs.

Michel-Jack Chasseuil raconte avec une force de caractère peu commune comment il a ensuite répondu aux questions des gendarmes, à celles des médecins et de la psychologue qui l'ont vu après sa séquestration. L'homme va bien, il s'en tire "avec quelques bleus " . Les malfaiteurs sont repartis avec sa voiture, un appareil-photo et une quinzaine de caisses de vin de qualité moyenne.

"C'est une péripétie de plus, je ne vais pas me morfondre ou en faire une misère " . Le collectionneur parle avec une voix assurée, il entend tourner la page au plus vite et se dit "blindé. Je garde le moral, et puis grâce à Dieu qui me protège, la vie continue " .

Attaqué et séquestré chez lui, le collectionneur Michel-Jack Chasseuil raconte.

Partager sur :