Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Incendie à Aubervilliers : "Il n' y avait aucune autorisation de logement dans cet immeuble", dénonce la maire

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Meriem Derkaoui, maire communiste d'Aubervilliers, s'est exprimée après l'incendie qui a fait 17 blessés, dans la nuit du 19 au 20 août. "Il y a lieu de se poser la question de savoir dans quelles conditions cette habitation était occupée", a-t-elle déclarée. L'immeuble était un commerce.

Meriem Derkaoui, maire d'Aubervilliers, sur les lieux de l'incendie du 26 juillet. Il avait fait 4 victimes.
Meriem Derkaoui, maire d'Aubervilliers, sur les lieux de l'incendie du 26 juillet. Il avait fait 4 victimes. © Maxppp -

"Il n'y avait aucune autorisation de logement", affirme Meriem Derkaoui, la maire communiste d'Aubervilliers, après un incendie qui a détruit un immeuble dans sa ville. Le feu s'est déclaré dimanche 19 août aux alentours de 19h00, et a été totalement circonscrit vers 21h00. Le dernier bilan, ce lundi matin, fait état de 6 victimes en urgence absolue, 5 enfants et une femme de 60 ans. 11 personnes sont en urgence relative dont 7 policiers. 

Un bail commercial pour la mairie 

"Il y a lieu de se poser la question de savoir dans quelles conditions cette habitation était occupée, a déclaré Meriem Derkaoui. Il n'y a, à notre connaissance, aucune autorisation d'urbanisme d'occupation en tant que logement de la ville d'Aubervilliers." La mairie indique que les vérifications ont été effectuées jusqu'à l'année 2000. Une enquête est en cours, confiée à la sûreté territoriale. Les causes de l'incendie sont pour l'instant inconnues. 

La maire communiste a rappelé qu'elle voulait lutter contre les marchands de sommeil, l'occupation illégale de bâtiments et "l'exploitation inhumaine de familles, d'enfants, de femmes, d'hommes, qui sont venus pour vivre mieux." Elle a interpellé le premier ministre Edouard Philippe sur le sujet :"On ne peut plus continuer ainsi. On ne peut plus laisser des êtres humains à la merci des marchands de sommeil." Elle demande au chef du gouvernement "de se mettre autour d'une table pour rénover ces quartiers et donner des moyens et renforcer les équipes."

Le 26 juillet, un incendie avait déjà fait 4 victimes : une mère et ses trois enfants dans un HLM de la commune.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu