Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen : des enseignants font jouer leur droit de retrait

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Alors que tous les établissements scolaires fermés depuis l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen ont rouvert ce lundi matin, des enseignants ont décidé de faire jouer leur droit de retrait. Ils estiment que la situation actuelle présente "un danger grave et imminent pour eux et les élèves".

Des professeurs du collège Georges Bracque à Rouen font jouer leur droit de retrait ce lundi matin à la suite de l'incendie de l'usine
Des professeurs du collège Georges Bracque à Rouen font jouer leur droit de retrait ce lundi matin à la suite de l'incendie de l'usine © Radio France - Coralie Moreau

Rouen, France

Tous les collèges, lycées, et écoles fermés depuis l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen ont rouvert ce lundi matin à l'issue des opérations de contrôle ou de nettoyage. Mais des enseignants ont décidé de faire jouer leur droit de retrait et de ne pas donner cours. C'est le cas au collège Bracque sur les hauts-de-Rouen, situé seulement à 700 mètres à vol d'oiseau du site classé Seveso.

Les professeurs justifient leur décision dans une lettre : « Suite aux odeurs liés à l'incendie de l'uzine Lubrizol, encore très présentes et indisposantes (maux de tête, nausées, vertige...), nous faisons jouer notre droit de retrait car nous estimons que la situation actuelle présente un danger grave et imminent pour eux et les élèves »

Ils ajoutent que « cette décision s'appuie sur des éléments factuels : les filtres des ventilations n'ont pas été changés, contrairement aux demandes, des traces noires dans certaines salles de cours, pas de personnel de santé présent à l'ouverture ».  La lettre a été signée par 26 enseignants de l'établissement scolaire. 

Les cours sont suspendus jusqu'à nouvel ordre. Les élèves ont été renvoyés chez eux.

« Y'a pas de raison d'être rassuré »

Au collège Fernand Léger au Petit-Quevilly, les professeurs ont également fait jouer leur droit de retrait ce lundi matin. Clément Lefebvre, professeur de sciences dans l'établissement et délégué Snes-Fsu estime qu'il subsiste un doute après les résultats des premières analyses. 

« Les hydrocarbures mal consumés n'ont pas été recherchés dans les analyses de la préfecture. Tout ce qui touche l'amiante va être contrôlé à proximité du site de Lubrizol alors que l'amiante est volatile et peut s'étendre plus loin. Pour nous, y'a pas de raison d'être rassuré, même si l'administration se veut rassurante », explique-t-il  au micro de France Bleu Normandie

Pas de cours aussi au collège Fontenelle à Rouen à la suite du droit de retrait des enseignants.  Le conservatoire de Rouen sera fermé à partir de 12h30.

Choix de la station

France Bleu