Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen : comment repérer les "fake news" ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu

Depuis l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, les "fake news" circulent en nombre sur les réseaux sociaux. Jean-Marie Charon, sociologue des médias, est l'invité de France Bleu Normandie ce lundi.

Depuis l'incendie de l'usine Lubrizol ce jeudi, de nombreuses rumeurs circulent sur les réseaux sociaux.
Depuis l'incendie de l'usine Lubrizol ce jeudi, de nombreuses rumeurs circulent sur les réseaux sociaux. © Maxppp -

Des oiseaux morts sur les quais de Seine à Rouen, une explosion qui forme une énorme boule de feu au-dessus d'une ville, un faux communiqué officiel, de l'eau noire qui coule d'un robinet : dès jeudi et jusqu'à ce lundi, on a vu tourner des "fake news" sur les réseaux sociaux à propos de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen. Les autorités démentent, détaillent les résultats des analyses de l'eau,  mais les rumeurs sont largement partagées et, dans l'odeur nauséabonde qui plane encore ce lundi 30 septembre 2019, l'anxiété reste forte.  

Des vidéos virales mais décalées

Par exemple, cette image d'une explosion qui a tourné dès jeudi matin 8h avait en réalité été tournée en Chine en août 2015. L'auteur du tweet - dont le compte a été suspendu - a reconnu avoir posté ces images pour tendre un piège aux journalistes. 

La photo des oiseaux morts à Rouen, qui a également eu une large audience ce vendredi, a bien été prise sur les quais de Seine mais on ne sait pas si ces oiseaux ont été victimes de la toxicité de l'incendie. L'auteur de la photo, que nous avons contacté, semblait lui-même dépassé par l'écho de sa photo et estimait que les oiseaux étaient peut-être simplement tombés d'un nid situé au-dessus du lieu où il les a photographiés. L'administrateur du site Roueninfo contacté par France 3 a reconnu avoir publié cette photo sans vérification.

Pour les images de poissons morts, soi-disant vus à 45 km en aval de l'usine, les spécialistes de la qualité des eaux de la Seine que nous avons joints étaient très dubitatifs sur la crédibilité de ce phénomène et l'auteure de la vidéo n'a jamais répondu à nos sollicitations. Enfin, alors que des vidéos et des photos circulent depuis dimanche autour de la couleur de l'eau qui coule des robinets, la métropole Rouen Normandie réaffirme ce lundi que l'eau est potable (résultats d'analyses à l'appui).

Prendre de la distance avec ses a priori

Pour Jean-Marie Charon, sociologue des médias, invité de France Bleu Normandie ce lundi, pour éviter de se faire avoir par une fausse information, il faut "prendre de la distance avec ses a priori". "On se souvient, en France, des affaires comme Tchernobyl, la crise de l'amiante ou encore le sang contaminé : donc on a tout un passif où on a eu l'impression qu'on n'avait pas été informé correctement. Si on arrive sur les réseaux sociaux avec cet a priori et si on trouve des médias qui relaient dans un premier temps - et c'est normal - les messages des autorités, immédiatement des messages qui vont dans un sens différent vont susciter chez nous le doute." 

Pour éviter de se faire avoir et de relayer une information non vérifiée, quelques conseils assez simples :

  • Rester vigilant sur le titre ou le message posté avec l'information... Les auteurs de "fake news" font souvent dans le sensationnel ou présentent des images venues d'un "ami". Pour la vidéo de l'explosion, le message était le suivant : "Vidéo de l'explosion à Rouen de l'usine prise par l'un de mes amis encore sous le choc" 
  • Trouver d'autres sources c'est-à-dire vérifier que l'information est reprise par des sources ou des médias fiables.
  • Poser la question directement aux autorités. Quand la rumeur de l'eau non potable a commencé à circuler vendredi, le CHU de Rouen a répondu à de nombreuses questions des internautes pour démentir l'information.
  • Se méfier du second degré. Certains sites internet sont spécialisés dans la parodie et leurs "fake news" sont parfois troublantes.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess