Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen : plusieurs syndicats de policiers inquiets pour la santé des agents mobilisés

Quatre jours après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, plusieurs syndicats de police émettent ce lundi des inquiétudes sur la santé des policiers qui sont intervenus aux abords de l'usine.

Des policiers en faction à l'entrée du pont Flaubert, tout proche de l'usine Lubrizol, ce jeudi pendant l'incendie.
Des policiers en faction à l'entrée du pont Flaubert, tout proche de l'usine Lubrizol, ce jeudi pendant l'incendie. © Maxppp - O. Lejeune

Dans un communiqué publié ce lundi, le syndicat Unité SGP police affirme : "Une fois de plus l’accident de l’usine Lubrizol le 26 septembre a mis en lumière les carences de notre administration à doter les intervenants de la police nationale en matériels pour protéger efficacement nos collègues lors de catastrophes biologiques ou chimiques. _Pas de tenue adaptée à ce genre d’accident grave_, pas de dotation individuelle ou collective de masques de protection pour protéger nos collègues des risques potentiels."

Le syndicat Unité SGP police annonce avoir saisi le préfet de Seine-Maritime pour la tenue rapide d'un comité d'hygiène, sécurité, conditions de travail (CHSCT). Le syndicat précise avoir été contacté par de nombreux collègues désireux de déposer plainte contre X pour "dommages corporels par manquement de l'obligation de sécurité", dès ce lundi matin. Ces policiers seront mis en relation avec l’avocat du syndicat qui sera en charge de "défendre les intérêts personnels des policiers exposés lors de cet incendie".

"Des policiers pris de nausées, vomissements et vertiges" 

Pour Alternative police CFDT, tous les policiers et gendarmes présents sur l'incendie devraient bénéficier d'un examen médical. Selon le syndicat, plusieurs policiers sont "déjà malades". Le communiqué se poursuit "plusieurs policiers affectés à la brigade de nuit et à la compagnie départementale d’intervention de Rouen" qui ont été les premiers à intervenir sur cet incendie dans la nuit du 25 au 26 septembre, "ont été pris de nausées, vomissements et vertiges".

Alternative police CFDT assure également que plusieurs CRS qui ont assuré une protection du site à partir de 11h du matin, ont "développé plusieurs symptômes qui ont conduit la Direction centrale des CRS à déclencher une procédure de contrôle en lien avec la médecine de prévention". Ces policiers vont effectuer des analyses sanguines dans la journée, indique le communiqué. Le syndicat souhaite que _"tout doute soit levé sur la gravité potentielle de la pollution provoquée par l’incendie"_, et que les mêmes examens médicaux soient prescrits pour les fonctionnaires de police qui sont intervenus sur l'incendie dans la nuit.

Les syndicats de police doivent être reçus ce lundi après midi par le Directeur départemental de la sécurité publique. Ils attendent des réponses aux interrogations de leurs collègues et veulent savoir pourquoi les premiers intervenants sur le site de l'incendie n'ont pas été aussitôt équipés de masques de protection.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess