Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Vague d'incendies criminels à Grenoble

Ce que l'on sait de l'incendie qui a détruit une partie de la mairie de Grenoble

- Mis à jour le -
Par , , , , France Bleu Isère, France Bleu

Un incendie d'origine indéterminée s'est déclaré dans la nuit de dimanche à lundi vers trois heures du matin à la mairie de Grenoble. Le feu a pris dans la salle du conseil municipal qui a été entièrement détruite.

Le hall de la mairie de Grenoble incendié
Le hall de la mairie de Grenoble incendié © Radio France - Laurent Gallien

Grenoble, France

Quand et où le feu a-t-il pris ?

Un violent incendie s'est déclaré dans la nuit de dimanche à lundi, dans l'enceinte de la mairie de Grenoble. L'alerte a été donnée vers 3 heures 15 du matin par les alarmes incendie du bâtiment. Leur déclenchement a alerté les trois agents du PC incendie de l'hôtel de ville qui étaient sur place mais à l'autre bout de l'hôtel de ville. Constatant qu'ils ne pouvaient plus rien faire à leur niveau ils ont a leur tour prévenu les secours. Une soixantaine de pompiers ont été mobilisés. L'incendie a été maîtrisé dans la matinée et était éteint à 7 heures du matin.

Quels dégâts sont à déplorer ?

Le feu est parti de la salle du conseil municipal, qui est complètement détruite. Les fumées se sont ensuite propagées le long des couloirs du premier étage, vers le bureau du maire, l'espace "élus" élus, ainsi qu'une salle de réunion. La salle du conseil municipale devra"entièrement être reconstruite dans les mois qui viennent" a expliqué à France Bleu Isère, Thierry Chastagner, l'adjoint en charge de la sécurité civile à la mairie de Grenoble. "Les murs sont recouverts, au premier étage, d'une épaisse couche de suie" a-t-il détaillé.

En revanche, la tour centrale de l'Hôtel de Ville est indemne.

La partie gauche du parvis est condamnée, après l'incendie de cette nuit. - Radio France
La partie gauche du parvis est condamnée, après l'incendie de cette nuit. © Radio France - Laurent Gallien

Qu'est-ce qui a provoqué cet incendie ?

L'origine du sinistre reste pour l'heure indéterminée. Une enquête est ouverte pour "dégradation involontaire" précise le parquet de Grenoble. Aucune trace d'intrusion volontaire n'a, pour le moment, été repérée par les policiers et les pompiers déployés sur place. Il n'y a pas de blessé. La police scientifique était sur place ce jeudi en milieu de matinée.

L'alarme a retenti vers 3h15 ce lundi matin - Radio France
L'alarme a retenti vers 3h15 ce lundi matin © Radio France - Laurent Gallien
A l'intérieur les enquêteurs ont commencé leur travail pour tenter de déterminer les causes du sinistre - Radio France
A l'intérieur les enquêteurs ont commencé leur travail pour tenter de déterminer les causes du sinistre © Radio France - Laurent Gallien

La mairie est-elle inutilisable ?

Non, la mairie reste ouverte. Malgré l'incendie, le public est accueilli normalement et les fonctionnaires de la mairie également peuvent travailler dès ce lundi indique Thierry Chastagner, adjoint au maire de Grenoble en charge de la sécurité civile. Il invite donc le public qui souhaite remplir des formalités administratives à agir normalement. Des réunions doivent néanmoins être déplacées dans d'autres locaux, tout comme des mariages prévus cette semaine. La salle des mariages de la mairie située non loin de la salle du conseil, a besoin d'un bon nettoyage. 

Salles de réunions inutilisables, bureaux recouverts de suie, odeur dans les étages... Les salariés de la mairie de Grenoble s'organisent ce lundi matin. - Radio France
Salles de réunions inutilisables, bureaux recouverts de suie, odeur dans les étages... Les salariés de la mairie de Grenoble s'organisent ce lundi matin. © Radio France - Laurent Gallien

Quelles sont les réactions politiques après cet incendie ?

Le maire de Grenoble, Éric Piolle, et le directeur de cabinet du préfet, Denis Bruel, se sont rendus sur les lieux lundi matin. Mais ils n'ont pas fait de déclaration. Dans un communiqué publié en tout début d'après-midi Eric Piolle explique que « des agents de sécurité sont présents 7 jours sur 7 et 24h/24 pour assurer la sécurité de l’Hôtel de ville. Ils effectuent une ronde toutes les 20 min. Je tiens à les remercier et les féliciter pour leur sang-froid et leur réactivité. Un accueil pour les agents municipaux et un numéro d’info ont été mis en place dès le début de la matinée. Les sapeurs-pompiers ont procédé à des analyses sur la présence éventuelle de monoxyde de carbone dans l’Hôtel de ville et à ses abords extérieurs. Les résultats leur ont permis d’autoriser l’ouverture du bâtiment au public et aux agents. Par mesure de précaution, la Ville a demandé des analyses complémentaires à un laboratoire indépendant agréé ».

Le maire de Grenoble Eric Piolle s'est rendu sur place - Radio France
Le maire de Grenoble Eric Piolle s'est rendu sur place © Radio France - Laurent Gallien

Matthieu Chamussy, conseiller municipal d'opposition et ancien prétendant à la mairie de Grenoble, a réagit sur Twitter en parlant "d'épreuve" et en saluant  le travail des pompiers.

Émilie Chalas, candidate déclarée à la mairie de Grenoble pour les prochaines municipales, a elle aussi apporté son soutien à l'équipe municipale sur Twitter. La candidate LREM a souhaité que "la lumière [soit] rapidement faite sur cet événement, en espérant qu’il ne vienne pas allonger encore la liste tragique des incendies volontaires dans notre ville", faisant référence aux nombreux incendies volontaires qui ont été déclenché dans l'agglomération de Grenoble ces deux dernières années, dont celui des locaux de France Bleu Isère en janvier dernier.  Cet incendie avait été revendiqué sur un blog anarcho-libertaire.

Marie-Jo Salat, présidente du  groupe « Rassemblement de Gauche et de progrès »  de la Ville de Grenoble exprime "consternation et tristesse suite à l’incendie de la salle du Conseil Municipal de la Maison commune des Grenoblois". "L’essentiel, poursuit l'élue, pour nous tous est qu’aucune victime n’ait été à déplorer et qu’aucun agent de la ville de Grenoble n’ait été blessé au cours de ce sinistre. Nous saluons l’intervention des services de sécurité de l’Hôtel de ville ainsi que  du SDIS qui ont pu agir avec efficacité pour circonscrire et éteindre l’incendie et ainsi éviter des dégâts plus importants. Nous tenons à assurer de tout notre soutien et de notre solidarité le Maire de Grenoble  et l’équipe municipale, l’ensemble du personnel de la ville et du CCAS, ainsi que les organisations syndicales de la ville."

Sur un ton plus polémique Alain Carignon, candidat déclaré à la mairie de Grenoble, "interpelle Eric Piolle". L'ancien maire de Grenoble estime que cet incendie "révèle à nouveau l’irresponsabilité de la municipalité qui met en danger les personnes et sacrifie le patrimoine des Grenoblois". Rappelant que "en avril 2017 la commission de sécurité émettait « un avis défavorable à la poursuite du fonctionnement «  de la Mairie. En septembre 2018 la Chambre régionale des comptes  faisait figurer dans ses recommandations de «  procéder à une étude chiffrant le coût de mise aux normes de l’hôtel de ville et établir sans délais la programmation des investissements correspondants ». Je demande à Eric Piolle de communiquer aux Grenoblois les mesures qu’il a pris conformément à ses obligations" dit encore Alain Carignon
 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu