Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Incendie criminel dans un entrepôt d'Eiffage à Saint martin d'Hères

lundi 8 octobre 2018 à 19:26 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère

Un entrepôt de la société de travaux publics Eiffage situé à Saint Martin d'Hères a été en partie détruit dans la nuit de dimanche à lundi par un incendie d'origine criminelle. Il n'y a pas de blessé mais d'importants dégâts matériels. L’enquête a été confiée a la PJ et à la sûreté de Grenoble.

Onze véhicules ont été détruits par les flammes
Onze véhicules ont été détruits par les flammes © Radio France - Véronique Pueyo

Saint-Martin-d'Hères, France

Peu avant 4 heures du matin, ce lundi 8 octobre, cinq  poids lourds ont été incendiés volontairement. Le feu, qui a été allumé à plusieurs endroits, s'est rapidement propagé à une partie de l’entrepôt de 2000 mètres carrés. L'incendie a été maîtrisé par les pompiers trois heures plus tard.

Spectacle de désolation

Et c'est un spectacle de désolation sur le site d'Eiffage...où traîne encore une odeur de pneus brûlés. Sur le parking sont encore garés sept poids lourds et quatre véhicules utilitaires calcinés. L’entrepôt où étaient entreposés les matériaux de construction pour les chantiers routiers est hors d'usage. 

Tôles calcinées qu'il va falloir évacuer, après le passage des experts - Radio France
Tôles calcinées qu'il va falloir évacuer, après le passage des experts © Radio France - Véronique Pueyo

Dans les bureaux, il n'y a plus d’électricité. "Il faut tout reconstruire" nous lâche un responsable, qui attend la venue des experts et qui se dit écoeuré. L'entreprise de travaux publics s'engage à retrouver rapidement du travail à ses 70 salariés en chômage technique forcé.

L'entrepôt de 2000 mètres carrés est hors d'usage - Radio France
L'entrepôt de 2000 mètres carrés est hors d'usage © Radio France - Véronique Pueyo

Eiffage dit ne pas avoir reçu de menaces mais l'entreprise est engagée sur le grand chantier de l'A 480, qui a ses détracteurs, notamment dans la mouvance libertaire.

Une opération très bien organisée

Le grillage entourant le site a été découpé à plusieurs endroits. La police va exploiter la vidéo surveillance, mais il n'est pas certain que le film soit exploitable, car pour le Procureur de Grenoble, le ou les personnes qui ont mis le feu étaient très organisées et auront sans doute pensé à neutraliser les cameras. Les enquêteurs n'excluent aucune piste même si le modus operandi leur fait penser aux différentes actions de l'extrême-gauche, en 2017.

Le grillage d'enceinte a été découpé à plusieurs endroits - Radio France
Le grillage d'enceinte a été découpé à plusieurs endroits © Radio France - Véronique Pueyo

La piste de l'extrême-gauche est privilégiée

On se souvient en mars 2017 du saccage du siège des Républicains, à Grenoble, puis de l'incendie de 7 véhicules sur le parking du CCAS. Le 11 avril 2017, des abris-bus et des valideurs de la Tag étaient mis hors d'usage. En mai, 11 véhicules d'Enedis étaient incendiés, rue du Vercors, à Grenoble. Surtout on se souvient de l'incendie volontaire de la caserne de gendarmerie de Grenoble et de la tentative d'incendie de celle de Meylan. Pour l'heure, personne n'a été arrêté dans ces différentes enquêtes.

Eiffage dans le collimateur

70 salariés se retrouvent en chômage technique - Radio France
70 salariés se retrouvent en chômage technique © Radio France - Véronique Pueyo

Signalons qu'en juin 2017, un mystérieux groupe, baptisé les anti-capitalistes anonymes avait annoncé sur un site alternatif que d'autres actions auraient lieu, notamment à Eiffage. Visiblement ils auraient réussi à mettre leur menace à exécution.